3 bonnes raisons de travailler avec un seul notaire pour votre projet immobilier

Partager l’article

Lors d’une transaction immobilière, il n’est pas rare de penser qu’il est nécessaire d’avoir son propre notaire. En effet, on considère souvent que cela est indispensable pour défendre ses intérêts. Pourtant, travailler avec le notaire du vendeur n’aura aucun impact sur votre projet, sachant que le notaire traite les dossiers des deux parties (l’acquéreur et le vendeur), de la même façon. Contre toute idée reçue, travailler avec un seul notaire pour votre projet immobilier comporte des avantages non négligeables.

Un gain de temps

Tout d’abord, si chaque partie travaille avec un notaire différent, le processus sera alors rallongé. Les notaires devront se mettre d’accord, trouver des créneaux de rendez-vous, mettre au point leurs dossiers respectifs ensemble… La durée de votre projet immobilier risque ainsi d’être retardée d’un ou deux mois.

En revanche, si l’acheteur et le vendeur travaillent avec le même notaire, un important gain de temps sera réalisé.

Sachant que les projets immobiliers prennent d’ordinaire un certain temps, il est essentiel de réussir à optimiser la durée de ce dernier.

Une simplification dans les étapes de l’achat immobilier

Un autre avantage à travailler avec un même notaire pour l’acheteur et le vendeur est la simplification dans le processus du projet immobilier. En effet, les étapes d’un achat immobilier sont nombreuses et s’étalent sur une longue période de temps et l’intervention du notaire est régulièrement requise :

1- L’offre d’achat : l’acheteur potentiel fait une offre au vendeur, qui se réserve le droit de l’accepter ou de la refuser. S’il l’accepte, l’acquéreur s’engage à signer un avant-contrat de vente.

2- Le choix du notaire : le vendeur propose à l’acheteur d’entrer en contact avec son notaire pour un premier rendez-vous de signature de la promesse ou du compromis de vente.

3- Le compromis ou la promesse de vente : l’acquéreur verse un dépôt de garantie (en général 10% du prix de l’achat), et le vendeur doit établir un dossier de diagnostic technique.

4- La notification du compromis ou de la promesse à l’acquéreur : les acquéreurs ont le droit de se rétracter pendant 10 jours à compter du lendemain de la notification de l’avant-contrat, et ils pourront récupérer leur dépôt de garantie. Si tel est le cas, le notaire devra en être notifié.

5- L’offre de prêt : le notaire a anticipé auprès des acquéreurs la nécessité de contacter leur banque pour faire une demande de prêt. Si ces derniers n’obtiennent pas leur crédit avant la date indiquée dans l’avant-contrat, ils peuvent choisir de poursuivre la vente ou d’y renoncer. L’acquéreur a un délai de 30 jours pour obtenir un prêt. Au-delà de cette date, le compromis de vente est alors annulé

Le notaire doit alors vérifier : si le vendeur est bien propriétaire, les titres de propriété, la situation du bien par rapport aux règles d’urbanisme, les servitudes, la situation hypothécaire du bien, etc.

6- L’acte de vente : à la signature de l’acte de vente, sont présents le vendeur, les acquéreurs, l’agent immobilier et le notaire.

7- La remise du prix : le notaire remet au vendeur et à l’acquéreur une attestation de vente.

Une meilleure communication avec moins d’intermédiaires

Enfin, travailler avec un seul et même notaire pour les deux parties rendra la communication beaucoup plus fluide et limpide entre chacun.

Avec moins d’intermédiaires, les échanges seront simplifiés et moins stressants. Les allers-retours seront moins nombreux et la compréhension des démarches sera bien plus simple car vous aurez une vision d’ensemble sur le travail qu’effectue le notaire avec vous et avec le vendeur.