Panorama de l’immobilier lyonnais en 2019

Partager l’article

Lyon est une ville en pleine essor qui a su attirer un grand nombre de nouveaux habitants par son dynamisme, son développement et sa qualité de vie. L’immobilier de la ville des lumières a lui séduit les investisseurs du secteur. Les prix de la ville sont intéressants et sont en pleine évolution. Aussi, la demande locative est forte, ce qui fait le bonheur des investisseurs. Découvrez le panorama de l’immobilier lyonnais.

Les quartiers chers de Lyon

À Lyon, le 1er, 2e, 4e et 6e arrondissements sont considérés comme étant les plus chers au m2. Les prix de ces derniers se sont envolés face à la demande flambante.

Les acheteurs tombent souvent sous le charme des rues étroites du 1er arrondissement, ses façades colorées, et son dynamisme, ou encore l’urbanisme et l’élégance du 2e arrondissement. Le 4e arrondissement, lui, est souvent qualifié de “village dans la ville” ; ses quartiers offrent un mode de vie incomparable. Enfin, le 6e arrondissement, délimité par le parc de la Tête d’Or présente des atouts variés et parfois contradictoires : c’est une zone lyonnaise urbaine, mais à la fois verte, bourgeoise et élégante.

Dans le 1er arrondissement, le mètre carré coûte en moyenne 4778€ . Ce dernier peut grimper jusqu’à 5187€ dans le 4e arrondissement de la ville. Un investisseur qui souhaite acquérir un appartement de 30m2, devra payer environ 150 000 €.

La hausse des prix à Lyon ne freine pas les investissements. La vacance locative étant faible et les prix des loyers élevés, la rentabilité d’un investissement immobilier dans ces quartiers est intéressante. Dans le centre de Lyon, le loyer au mètre carré varie aux alentours de 13,5€ par mois.

Les quartiers plus accessibles

Le 3e, 5e, 7e, 8e et 9e arrondissements sont moins chers, mais toujours aussi intéressants pour un investissement immobilier.

Le 3e arrondissement regroupe la zone économique de Part-Dieu, ainsi que les zones résidentielles de Montplaisir ou de Montchat. L’arrondissement du Vieux Lyon possède à la fois un aspect historique, touristique, résidentiel et populaire. Le 7e arrondissement lyonnais, situé dans le sud de la ville, est le plus peuplé. Ses immeubles, proches du fleuve, offrent une vue impressionnante. Le 8e arrondissement, rattaché à la ville en 1959 seulement, abrite un côté artistique. Ce coin est apprécié pour son cinéma, son architecture, et son ambiance dynamique. Enfin, le dernier arrondissement de Lyon est très lié à l’essor industriel et économique de la ville.

Les prix dans ces quartiers de Lyon fluctuent entre 3329€ pour le 9e arrondissement en moyenne et 4160€ par mètre carré pour le 7e arrondissement.

Pour acquérir un bien de 30m2 environ, un acheteur devrait investir environ 130 000€. Quant à la rentabilité, elle est parfois plus intéressante que dans les quartiers plus riches : les prix à l’achat sont moins élevés, contrairement aux loyers perçus. Ces derniers sont proches de 12,5€ par m2 et par mois.

Cet article pourrait vous intéresser : Lyon, une ville en pleine mutation

Qu’en est-il des communes voisines ?

Une nouvelle ligne de métro, la ligne E, sera inaugurée en 2030. Elle reliera la métropole lyonnaise avec les communes voisines. Investir dans ces communes, notamment Villeurbanne, Sainte Foy-lès-Lyon, Francheville, Tassin la Demi-Lune, ou Craponne, peut également être très intéressant.

Le secteur immobilier de ces banlieues lyonnaises est pour l’instant calme, les prix sont relativement bas. Ils fluctuent actuellement entre 3055 et 3500 € au mètre carré pour un appartement. Le projet de transport ne touche pas uniquement les habitants lyonnais, mais surtout les habitants de ces communes proches, qui se déplacent à Lyon pour le travail ou les études. Le secteur immobilier de ces communes possède un réel potentiel de croissance qui peut être intéressant dans le cadre d’un investissement.