Acheter un appartement à Villeurbanne : à quoi s’attendre ?

Partager l’article

Si Villeurbanne a le privilège d’être considérée comme le 10e arrondissement de la capitale des Gaules, c’est parce qu’elle est bien plus qu’une ville de banlieue. C’est la 20e plus grande ville française et elle attire en raison de sa proximité avec Lyon et de son cadre de vie agréable. Découvrez à quoi vous attendre si vous souhaitez acheter un appartement.

Plus qu’une ville d’agglomération

Lyon ne serait pas ce qu’elle est sans Villeurbanne, la grande commune limitrophe qui s’étend sur son flanc est. La ville compte plus de cent cinquante mille habitants, au 20e rang des villes de France. Villeurbanne est tellement intégrée à l’agglomération lyonnaise et à Lyon elle-même qu’on la considère souvent comme son 10e arrondissement. C’est là son principal atout, d’être au contact de Lyon, très bien reliée à elle grâce à deux lignes de métro, trois de lignes de tramways et des dizaines de lignes de bus. Juste de l’autre côté du parc de la Tête d’Or, on dit qu’il fait bon vivre dans cette ville, où la vie est moins frénétique que dans sa grande voisine.

Pour ce qui est de l’investissement locatif, le secteur étudiant de la DOUA représente une aubaine. D’autant que la population étudiante devrait fortement augmenter dans les années à venir. La Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM) estime que l’on attend 25 000 étudiants de plus d’ici 2025. Selon la FNAIM, l’ensemble de la métropole comptera 75 000 nouveaux habitants de plus dans les neuf années à venir. La demande locative va donc continuer à croitre à Lyon comme à Villeurbanne.

Cet article pourrait vous intéresser : Pourquoi investir dans l’immobilier lyonnais en 2019 ?

Lyon à L’Ouest, Vaulx-en-Velin à l’Est

Selon les estimations du site MeilleursAgents, au 1er février 2019, les prix du mètre carré à Villeurbanne étaient compris dans une fourchette de 2 300 € à 4 400 €, pour un prix moyen très légèrement supérieur à 3 000 €. C’est mille euros de moins que, par exemple, dans le 3e arrondissement de Lyon. En se basant sur les données publiques issues des notaires et de l’INSEE, le même site calcule que les prix ont augmenté de 18 % sur dix ans et 6 % ces deux dernières années.

Schématiquement, tout se passe de façon très simple : les prix croissent selon un gradient ouest-est. Plus l’on va vers l’Ouest et Lyon, plus les prix sont élevés, et plus l’on s’éloigne de Lyon vers Vaulx-en-Velin, plus ils diminuent. Dans les quartiers très prisés du Tonkin-Sud et de Charpennes, les prix équivalent à certains quartiers de Lyon, entre 3 000 et 4 000 euros le m².

Il y a actuellement de bonnes affaires potentielles dans l’est de Villeurbanne, notamment dans le quartier du Cusset, rapportait « Le Progrès », le grand quotidien régional basé à Lyon, en fin d’année 2018. Avec des prix très attractifs, autour de 2 000 euros/m², il attire tant des investisseurs que des primo-accédants qui peuvent acquérir un T4 pour 150 000 euros environ, ce qui serait impensable dans les quartiers de Tonkin ou Gratte-Ciel.

Vous souhaitez investir à Lyon ou en région lyonnaise ? Retrouvez l’ensemble des articles de My expat consacré à l’investissement immobilier à Lyon.

Les projets impactants à Villeurbanne

Un centre ville repensé

La grande affaire de ce premier quart de siècle à Villeurbanne, c’est le projet « Gratte-Ciel », qui ne représente rien moins que le plus vaste projet urbain en France à l’heure actuelle. Il prévoit le doublement de la superficie du petit centre-ville conçu au début des années 1930 et qui ne répond plus aux besoins actuels de Villeurbanne, passée entre-temps de simple extension de Lyon à véritable ville. A l’horizon 2027, et pour un investissement total de 60 millions d’euros, il doit « augmenter l’attractivité du centre-ville tout en préservant et en dynamisant les commerces existants ». En chiffres, le projet représente 7 hectares, 25 000 m² d’espaces publics, 900 logements, 27 000 m² de commerces et services et 4 000 m² de bureaux.

2027, c’est loin, mais des plans du projets voient déjà le jour, telle qu’une vaste école comptant pas moins de 20 classes qui ouvrira ses portes dès 2020. Mais le pivot du projet, c’est le complexe sportif municipal des Gratte-Ciel qui sera opérationnel au mois de septembre 2019, avec salle polyvalente, salle de gymnastique, terrain et terrasses extérieurs.

Bientôt une « Ubisoft Ivory Tower »

Lyon a saisi l’opportunité de l’exposition internationale et coloniale qu’elle a organisé en 1894 pour créer un nouveau quartier industriel dans sa périphérie, à Villeurbanne : le quartier du Tonkin. Lors de la première moitié du vingtième siècle, des ouvriers vietnamiens ont été réquisitionnés des colonies du sud-est asiatique pour pallier la pénurie de main-d’œuvre liée à la Première Guerre mondiale et faire tourner les industries chimiques lyonnaises.

Aujourd’hui, les manufactures de l’époque ont laissé place à des quartiers résidentiels mais des traces de ce passé industriel émergent encore ici ou là, tel cette cheminée en briques de 41 mètres de haut au pied de laquelle le géant français du jeu vidéo Ubisoft va s’implanter. D’ici la fin de l’année 2020, il occupera l’Ubisoft Ivory Tower sur 3 000 m² dans un nouveau parc d’activités de quatre immeubles en lisière du Tonkin, rapporte « Le Progrès ». Les temps changent.