Acheter un appartement dans le 9e arrondissement de Lyon : à quoi s’attendre ?

Partager l’article

Avec nombre de projets de renouvellement urbain en route, le 9e arrondissement de Lyon s’offre une seconde jeunesse. De quoi susciter les convoitises pour son patrimoine encore très abordable.

Le quartier et les environs

Situé au nord-ouest de Lyon, le 9e arrondissement se compose de 4 quartiers distincts :  Vaise, Gorge de Loup, Saint-Rambert-l’Île-Barbe et la Duchère. Près de 50.000 personnes vivent dans cette partie de la ville qui ne manque pas d’attraits.

Sur le plan géographique tout d’abord puisque le cœur de Lyon est tout proche (en tout cas pour qui habite Gorge de Loup) et bien desservi par les bus et le métro (ligne D). Pour les automobilistes, le boulevard périphérique est proche tout comme l’A6 et l’A7. Les quais de la Saône font également partie des bonus appréciables. Comme ils sont aménagés, les riverains y font du sport, s’y détendent, pique-niquent. Onze hectares d’espaces verts accueillent également le public du côté du parc du Vallon.

Au sud, la colline de Fourvière et le très touristique Vieux Lyon. En face, de l’autre côté du fleuve, les très animés 4e et 1er arrondissements de la Presqu’île. Le dernier arrondissement de la ville possède un habitat plutôt hétéroclite.

Le 9e est également un quartier vivant et pourvu de nombreux commerces et restaurants. Il y a tout ce qu’il faut à proximité. Une douzaine de marchés (notamment bio) viennent compléter l’offre en la matière. Une vingtaine d’écoles maternelles et primaires ainsi qu’une quinzaine de crèches, sont disséminées dans les différents quartiers. Pour les plus grands,  on dénombre également une demi-douzaine de collèges et de lycées. En ce qui concerne les équipements sportifs, culturels et de loisirs, là encore il y a l’embarras du choix avec des cinémas, des théâtres, des bibliothèques-médiathèques (3), des stades, des gymnases, deux piscines… En matière de sport, 350 associations sont actives. Bref, l’arrondissement offre des conditions de vie plutôt agréables même si d’aucuns regrettent un manque de petites adresses sympas pour s’attarder en terrasse, lors des longues soirées estivales.

Panorama immobilier de Lyon 9

Des maisons de ville et des immeubles très anciens côtoient des ensembles des années 1960 et des constructions flambant neuves. Les barres d’immeubles, qui ont longtemps entaché l’image du quartier disparaissent progressivement pour laisser place à de nouveaux projets immobiliers d’envergure. Additionné à un cadre de vie plus apaisé qu’en centre-ville, l’arrondissement dispose de tous les ingrédients pour devenir une valeur montante de la cité de Gones. Il en deviendrait même tendance, ce que semblent confirmer les prix de l’immobilier, en hausse constante ces dernières années… En 10 ans, le prix du mètre carré dans l’arrondissement a subit une hausse de 42,2%.

C’est l’arrondissement le moins cher, mais pour combien de temps ? Depuis 2013, le prix du mètre carré a grimpé de 17 %. La mutation immobilière du quartier, qui voit émerger des ensembles neufs ou rénovés n’y est certainement pas étrangère. Deux quartiers attirent d’ailleurs particulièrement l’attention des investisseurs : Vaise et la Duchère. Le premier, car il bénéficie d’une proximité immédiate du métro. Le second, car il fait l’objet depuis 2003 d’une des plus importantes opération de reconstruction de la ville. 

Le prix moyen du m2 tourne autour de 3 500 euros, ce qui en fait l’un des arrondissements les plus accessibles de Lyon

De manière générale, le prix du mètre carré oscille dans l’arrondissement autour des 3 500 euros, la fourchette haute avoisine les 4 900 euros. Près du métro Valmy, un appartement ancien de 107 m2, comprenant 2 chambres s’est récemment vendu 345 000 euros. Pour un T3 de 60 m² avec terrasse et garage, comptez 190 000 euros.  

Les projets impactant l’immobilier dans Lyon 9

Le projet de renouvellement urbain du quartier de l’Industrie (situé entre le quartier de Vaise et de Saint Rambert) illustre l’ampleur des travaux engagés. Dans ce quartier bordé par les berges de la Saône, plus de 150 000 m² de bureaux neufs ont été bâtis pour accueillir des entreprises du secteur tertiaire. Le projet s’accompagne de 60 000 m² de logements neufs qui devraient largement contribuer à donner un coup de jeune au quartier.

Sur les hauteurs du quartier de la Duchère, surnommé la “3e colline” de Lyon (après celle de Fourvière et de la Croix-Rousse) une autre transformation de grande ampleur s’opère. Dans ce quartier qui concentrait 80 % de logements sociaux, 1 500 logements ont été détruits pour être remplacés par des neufs. La part des logements sociaux a été ramenée à 60 % et le cadre de vie amélioré avec un réaménagement du parc du Vallon, poumon vert de l’arrondissement et 4e plus grand parc de la ville.

A proximité immédiate de la Saône, un immense espace vert de 5.000 m2, équipé d’espaces de jeux pour enfants, notamment, a également été créé :  Le Parc des Trembles. D’autres aménagements, comme des guinguettes, sont annoncés au bord de l’eau afin d’optimiser encore l’attractivité des lieux.  Tout cela s’accompagne d’une volonté de favoriser la mobilité douce.

Cet article pourrait vous intéresser : Pourquoi investir dans l’immobilier lyonnais en 2019 ?

Fun fact : Des bateaux qui font mouche

Les premiers bateaux-omnibus ont été créés en 1862 à Lyon par Émile Plasson et Louis Elisée Chaize. La même année, ils obtiennent l’autorisation préfectorale d’exploiter une ligne entre les quartiers de la Mulatière et de Vaise à Lyon. Pour assurer ce service, cinq bateaux à hélices sortent alors du chantier Félizate, situé dans le quartier lyonnais de… la mouche ! Ceux-ci seront même baptisés “Mouche 1”, “Mouche 2”… Les tous premiers bateaux mouches étaient nés ! Et contrairement au lien souvent fait entre l’embarcation désormais vouée au tourisme et Paris, ce n’est qu’en 1949 qu’est créée dans la capitale la Compagnie des Bateaux Mouches. Une initiative donc, à l’origine tout à fait lyonnaise !