Acheter un appartement dans le 4e arrondissement de Lyon : à quoi s’attendre ?

Partager l’article

Logements de qualité, cadre de vie préservé, convivialité… le 4e arrondissement de Lyon est certes un arrondissement cher de l’agglomération mais il bénéficie d’une excellente carte de visite auprès des Lyonnais et pas seulement !

L’arrondissement et ses environs

Le charme du 4e arrondissement

Il est moins “branché” que le 1er arrondissement dont il est limitrophe. Mais le 4e est réputé pour avoir conservé son esprit chaleureux et populaire. Cela le rend particulièrement attractif et prisé aux yeux des nouveaux arrivants. Situé sur le plateau de la Croix-Rousse, il surplombe la ville au Nord, entre la Saône et le Rhône. Notons qu’il regroupe les 3 quartiers suivants : Le Plateau de la Croix-Rousse, Serin-Gillet et le quartier du Gros Caillou.

Dans cet ancien quartier canut dédié à l’industrie du tissage, les immeubles peuvent offrir des volumes impressionnants, avec des plafonds atteignant parfois plus de 4 mètres. En son cœur, le célèbre marché de la Croix-Rousse s’étend quotidiennement sur près de 1 kilomètre. Petits commerces, créateurs et espaces verts sont également bien représentés.

Ici, les anciens Parisiens trouveront au quartier le charme de Montmartre, les Lyonnais eux le surnomment affectueusement : le “village”. En 2016 cet arrondissement comptait 36 080 habitants.

Infrastructures et transports

Le 4e arrondissement possède de bonnes infrastructures, écoles, hôpital, complexes sportifs. Citons par exemple l’hôpital de la Croix-Rousse, l’IUFM de Lyon et le stade Grégory-Coupet.

En termes de transports, l’arrondissement est desservi par les lignes M et C du métro. Par ailleurs de nombreux bus, trolleybus passent par le 4e, qui possède aussi de nombreuses stations Vélo’v implantées sur la Plateau et sur les quais.

Panorama immobilier du 4e arrondissement de Lyon

Face à une forte demande, les prix au mètre carré se sont envolés. En 10 ans, ils ont grimpé de près de 47,9 % ! Il faut compter environ 5 656 euros au m2 pour un appartement. Néanmoins, certains biens se vendent encore plus chers, dans le 4e arrondissement. Désormais la fourchette haute atteint les 7 254 euros le mètre carré. Comme dans beaucoup de villes, les petites surfaces sont aujourd’hui les plus recherchées.

Malgré une légère baisse des prix en 2008 et 2014, l’arrondissement est une valeur sûre du marché lyonnais. Chaque année, les prix progressent de 0,5 à 1 % ou plus. Depuis Juin 2020 les prix ont progressé de plus de 3 %. À noter également : l’émergence de nouveaux quartiers comme celui de Serin à l’ouest de l’arrondissement, où apparaissent de nombreuses constructions.

Cet article pourrait vous intéresser: Comment réussir un investissement locatif à Lyon ?

Les projets impactant l’immobilier du 4e arrondissement de Lyon

Si l’arrondissement bénéficie d’un bon réseau de transports en commun, il restait des efforts à faire pour améliorer la circulation automobile. C’est en ce sens qu’a vu le jour le pont Schuman, 14e pont au dessus de la Saône et qui relie la Croix-Rousse au quartier de Vaise (9e arrondissement).

Le très fréquenté tunnel de la Croix-Rousse traversant l’arrondissement de part en part a quant à lui a fait l’objet de travaux importants afin de renforcer la sécurité des automobilistes. Il a également été “doublé” pour laisser place aux mode de transports doux – bus, vélo et piétons – qui bénéficient de leur propre voie de circulation.

Toujours pour rendre la ville plus ouverte et agréable, les berges de la Saône ont elles aussi bénéficié d’un large projet de réaménagement.

D’autres projets concernent surtout l’aménagement d’espaces verts comme la voie verte Saône Croix-Rousse (mentionnée plus haut) et la végétalisation des rues Dumont d’Urville et Bony.

Fun fact : La révolution Jacquard à Lyon

Installés depuis le XVIe siècle dans le vieux Lyon, les canuts ont débarqué à la Croix-Rousse au cours du XIXe siècle. La raison ? L’invention de la machine Jacquard en 1801 par le Lyonnais Jacques Marie Jacquard. Ce métier à tisser semi-automatique nécessitait de nouveaux et de plus grand espaces de production. Mais aussi et surtout, il ne requérait plus qu’un seul ouvrier par machine… C’est pourquoi l’invention n’a pas été très bien accueillie en son temps par les ouvriers de la soie. En 1831, dans le quartier de la Croix-Rousse, ceux-ci se mettent en grève et brisent les machines, c’est la célèbre “Révolte des canuts”, considérée comme l’une des premières grandes manifestations sociales de l’ère industrielle. Aujourd’hui, les métiers Jacquard traditionnels sont toujours utilisés pour des motifs complexes tels que le brocart ou le damas.

Téléchargez le guide : Investir à Lyon