Panorama de l’immobilier lyonnais en 2021

Partager l’article

Lyon est une ville en pleine essor qui a su attirer un grand nombre de nouveaux habitants par son dynamisme, son développement et sa qualité de vie. L’immobilier de la ville des lumières a lui séduit les investisseurs du secteur. Les prix de la ville sont élevés et sont en pleine évolution. Néanmoins, certains quartiers ou banlieues restent accessibles. Aussi, la demande locative est forte, ce qui fait le bonheur des investisseurs immobiliers. Découvrez le panorama de l’immobilier lyonnais.

Immobilier lyonnais : les quartiers chers

À Lyon, le 1er, 2e, 4e, 6e et 5e (Vieux-Lyon) arrondissements sont considérés comme étant les plus chers au m2. D’ailleurs, les prix de ces derniers se sont envolés face à la demande flambante. En revanche, l’investissement locatif est très sécurisé dans ces zones.

New call-to-action

L’environnement, l’ambiance

Les acheteurs tombent souvent sous le charme des rues étroites du 1er arrondissement, ses façades colorées, et son dynamisme, ou encore l’urbanisme et l’élégance du 2e arrondissement. Le 4e arrondissement, lui, est souvent qualifié de “village dans la ville” ; ses quartiers offrent un mode de vie incomparable. Le 6e arrondissement, délimité par le parc de la Tête d’Or présente des atouts variés et parfois contradictoires : c’est une zone lyonnaise urbaine, mais à la fois verte, bourgeoise et élégante. Enfin, le 5e arrondissement, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO attire encore les touristes et les lyonnais qui viennent fréquenter ses bars et restaurants.

Marché immobilier, les prix à l’acquisition

(source: meilleursagents.com)

Pour un appartement 1er arr. 2e arr. 4e arr. 5e arr. (V-L) 6e arr.
Prix m2 moyen  6 106 € 6 597 € 5 910 € 6 144 € 6 619 €
Prix bas 4 171 € 4 482 € 4 190 € 4 153 € 4 714 €
Prix haut 7 788 € 8 361 € 7 580 € 7 966 € 8 150 €

Cependant, la hausse des prix à Lyon ne freine pas les investissements locatifs. Car la vacance locative étant très faible et les prix des loyers élevés, la rentabilité d’un investissement immobilier dans ces quartiers est intéressante. Mentionnons que dans ces territoires il faut au moins compter 150.000 euros pour une petite surface.

Les loyers

Dans le centre de Lyon, le loyer au mètre carré varie fortement selon la localisation. C’est ainsi que dans les arrondissements cités, le loyer se situe entre 13 €  et 31 € du mètre carré. Cette variation s’explique par la localisation du bien, sa surface et la qualité de celui-ci.

Immobilier lyonnais : les quartiers plus accessibles

Le 3e, 5e (autre que Vieux-Lyon) 7e, 8e et 9e arrondissements sont moins chers, mais toujours aussi intéressants pour un investissement immobilier. 

L’environnement

Le 3e arrondissement regroupe la zone économique de Part-Dieu, ainsi que les zones résidentielles de Montplaisir ou de Montchat. Le 5e possède à la fois un aspect historique, touristique, résidentiel et populaire. Le 7e arrondissement lyonnais, situé dans le sud de la ville, est le plus peuplé. Ses immeubles, proches du fleuve, offrent une vue impressionnante. Le 8e arrondissement, rattaché à la ville en 1959 seulement, abrite un côté artistique. Ce coin est apprécié pour son cinéma, son architecture, et son ambiance dynamique. Enfin, le dernier arrondissement de Lyon est très lié à l’essor industriel et économique de la ville.

Le marché immobilier, prix à l’acquisition

Les prix dans ces quartiers de Lyon fluctuent entre 4065€ pour le 9e arrondissement en moyenne et 4836€ par mètre carré pour le 7e arrondissement.

(source: meilleursagents.com)

Pour un appartement 3e arr. 5e arr. 7e arr. 8e arr. 9e arr.
Prix moyen au m2 5 179 € 4 916 € 5 236 € 4 215 € 4 352 €
Prix bas 3 465 € 3 442 € 3 686 € 2 834 € 2 861 €
Prix haut 6 734 € 6 801 € 6 562 € 5 696 € 5 520 €

Ainsi, pour acquérir un bien de 30m2 environ, un acheteur devrait investir au moins 135 000€.

Les loyers

Quant à la rentabilité, elle est parfois plus intéressante que dans les quartiers plus riches : les prix à l’achat sont moins élevés, contrairement aux loyers perçus. Désormais, ces derniers sont proches de 15 € – 17 € mais peuvent aller jusqu’à 25 €. Ici encore la variation s’explique selon la qualité, localisation et surface du bien.

Cet article pourrait vous intéresser : Lyon, une ville en pleine mutation

Qu’en est-il des communes voisines ?

Des projets de transports en commun, une aubaine pour les investisseurs

Une nouvelle ligne de métro, la ligne E, sera inaugurée en 2030. Plus précisément, elle reliera la métropole lyonnaise avec les communes voisines. Alors, investir dans ces communes, notamment Villeurbanne, Sainte Foy-lès-Lyon, Francheville, Tassin la Demi-Lune, Craponne ou Oullins, peut également être très intéressant.

 

Il ne faut pas oublier qu’à Villeurbanne les prix ont bien augmenté ces dernières années. Ainsi depuis 2019 ils ont évolué de plus 11,1 %. Ce qui est important si on prend on considération le contexte sanitaire.

Marché immobilier : les prix

(source: meilleursagents.com)

Pour un appartement Villeurbanne Ste-Foy-l-L Francheville Tassin-la-D-L Craponne Oullins
Prix moyen au m2 3 829 € 3 882 € 3 650 € 4 394 € 3 860 € 3 424 €
Prix bas 2 743 € 2 912 € 2 403 € 3 295 € 2 470 € 2 568 €
Prix haut 5 049 € 5 823 € 4 666 € 6 591 € 4 791 € 5 135 €

Toutefois, le secteur immobilier de ces banlieues lyonnaises est pour l’instant calme (hors Villeurbanne qui a connu une envolée ces deux dernières années). Donc les prix sont relativement bas en comparaison à la métropole. C’est-à-dire qu’ils fluctuent actuellement en moyenne entre 3 400 € et 4 400 € au mètre carré pour un appartement.

Les loyers dans ces villes

Les loyers aussi varient fortement en fonction de la ville, de la proximité au réseaux des transports, de la surface et de la qualité du bien. Cela étant la demande reste forte dans ces banlieue en périphérie de Lyon. Dans ce cas, elle est stimulée par de jeunes actifs, jeunes familles qui cherchent de plus grands espaces. En revanche, à Villeurbanne la demande est aussi très étudiante.

Ainsi les loyers peuvent osciller en moyenne autour de 14 € – 15,5 € du mètre carré. Mais ils peuvent tout aussi bien grimper jusqu’à plus de 24 €.

Enfin, le projet de transport ne touche pas uniquement les habitants lyonnais, mais surtout les habitants de ces communes proches, qui se déplacent à Lyon pour le travail ou les études. On peut dire que le secteur immobilier de ces communes possède un réel potentiel de croissance qui peut être intéressant dans le cadre d’un investissement.

Nous vous conseillons la lecture de cet article : Investir dans une colocation à Lyon, où, pourquoi et comment ?