L’importance de la rentabilité des Fonds propres (ou du TRI) dans un investissement locatif

Partager l’article

Avant de se lancer dans son projet immobilier, surtout dans le cadre d’un investissement locatif, un acheteur devrait étudier sa rentabilité. Cela lui permettra de savoir si son projet est réellement viable ou pas, et d’éviter les mauvais investissements. Il existe différentes manières de calculer la rentabilité d’une acquisition immobilière, notamment la rentabilité brute, la rentabilité nette, et le taux de rendement interne, appelé TRI ou rentabilité des Fonds propres.

Qu’est ce que la rentabilité des Fonds propre ?

Le TRI (ou rentabilité des Fonds propres), ou taux de rendement interne, est un calcul souvent utilisé par les investisseurs afin d’évaluer l’aspect financier de leur projet. Cet indicateur est précis, et permet d’intégrer plusieurs facteurs d’un projet immobilier, comme les aspects financier, fiscal et économique, par exemple. 

Contrairement aux autres formules de rendement, le TRI prend en compte le temps, l’évolution des flux ainsi que la modalité d’investissement. C’est pour cette raison que cette méthode de calcul peut être considérée comme complexe. En fait, elle prend en compte l’inflation et autres fluctuations possibles.

Quelle est la différence avec le rendement classique ?

Le rendement plus classique permet de calculer la rentabilité à un moment précis, sans prendre en compte l’origine des fonds et les fluctuations qui pourraient entrer en jeu. Par exemple, un calcul de rendement ne différencie pas un investissement basé sur un apport personnel de celui concrétisé grâce à un emprunt. Cette information est très importante à retenir, car il est toujours conseillé de mobiliser au minimum son épargne dans le cadre d’une acquisition immobilière.

Les atouts du TRI font de lui un facteur de décision et de négociation. Contrairement au TRI, le rendement locatif, par exemple, qui regroupe les charges de location, les loyers et autres frais, est intéressant et indispensable pour analyser le rendement d’un investissement locatif. Toutefois, il reste insuffisant pour prendre une décision stratégique quant à un projet immobilier.

Cet article pourrait vous intéresser : Tout savoir sur l’effet de levier

Comment le calculer ?

Pour calculer le taux de rendement interne, il faut appliquer la formule simplifiée suivante :

TRI = (Valeur finale / Montant investi) ^ (1/n) – 1

En fait, la formule prend en compte les flux de trésorerie, c’est à dire les flux d’argent entrants et sortants, durant la durée de l’investissement. Ces flux comprennent l’apport, les frais divers, les revenus de loyer, les charges et les impôts. 

Pour comparer deux investissements, l’un avec un apport d’épargne et l’autre financé par un crédit immobilier, il est intéressant de passer par la méthode de TRI. A partir des calculs, les dépenses et les gains sur un investissement d’une même somme pourront être analysés. Grâce à ces résultats, une décision stratégique pourra être prise. En général, ce calcul démontre bien que passer par un emprunt bancaire est plus intéressant, en terme de trésorerie.

En plus de ce calcul, l’investisseur doit bien réfléchir à deux autres facteurs, qui sont l’impôt sur le revenu annuel ainsi que l’indicateur d’autofinancement et de rendement.

Une fois que toutes ces données sont analysées, l’investisseur aura plus de chance de concrétiser un projet immobilier stratégique et rentable.