Coronavirus et immobilier : quel impact ?

Partager l’article

Le coronavirus, aussi connu sous le nom de Covid-19, apporte un grand nombre d’incertitudes et de théories. L’impact économique négatif que l’on observera “post-virus” est malheureusement prévu. Qu’en est-il du secteur de l’immobilier ? Va t-il connaître des changements suite à cette situation de crise ? Les prix vont-ils fluctuer ? Coronavirus et immobilier, découvrez à quoi vous attendre.

L’incertitude face au coronavirus : phénomène inédit

Après l’épisode de pandémie actuel, on s’attend à une baisse de croissance générale. À l’heure actuelle, les cours de bourse chutent d’une manière drastique. Pour tenter de freiner la baisse de croissance, la BCE prévoit de racheter 120 milliards d’euros d’actifs.

Ces actions n’ont pas de résultats prévisibles : toutefois, certains pensent que le coût du crédit pour l’emprunteur sera plus faible.

Quelque soit l’impact de cette crise, être propriétaire d’un bien immobilier dans des périodes instables peut être intéressant car cela génère un revenu complémentaire. Et, quelle que soit la situation, le logement est un besoin primaire.

L’immobilier : plus que jamais une valeur refuge

L’incertitude pousse les gens à vouloir placer leur argent dans des investissements plus sécurisés, notamment l’or ou l’immobilier. Pour les Français, investir dans la pierre est sûr, et rentable ! Ce principe se renforce en temps de crise, notamment la crise sanitaire internationale que l’on traverse.

L’expression “valeur refuge” a été créée pour désigner l’or, car on achetait de l’or en cas de crise ou d’inflation. Dans les années 1960-1970, on a observé une forte inflation ; et, pour minimiser la perte de pouvoir d’achat, les Français ont investi dans l’immobilier. Aujourd’hui, qualifier l’immobilier de valeur sûre se fait car la pierre évite une perte de valeur.

 

New call-to-action

 

Coronavirus et immobilier : comment faire face aux conséquences ?

Face à l’incertitude de la situation, les banques ont légèrement augmenté leurs taux d’emprunt. Néanmoins, ceux-ci restent très intéressants… assez pour que les investisseurs se ruent sur les opportunités immobilières une fois la crise sanitaire passée.

D’ailleurs, le coronavirus a eu un effet sur les visites virtuelles. Selon une agence immobilière digitale, celles-ci ont été multipliées par 2,5.

Toutefois, il est possible que le secteur de la construction et de la rénovation connaisse un impact économique négatif. Si c’est le cas, il serait plus intéressant de se retourner vers de l’immobilier ancien, prêt à louer, plutôt que dans le neuf, afin de mettre le bien à la location rapidement.

Cependant, les prévisions ne sont pas exactes. Il est très difficile d’être certain face à cette situation véritablement hors du commun. Toutefois, la baisse des taux des crédits immobiliers n’entraînera pas une hausse immédiate des prix du mètre carré.

L’investissement immobilier serait alors très intéressant dès la fin de la crise sanitaire.