Comment optimiser la rentabilité de son investissement locatif ?

Partager l’article

Optimiser la rentabilité de son investissement locatif est un élément clé à la réussite de celui-ci. Trouver la perle rare doit être stratégique et devrait, pour optimiser le projet locatif, cocher plusieurs cases. Par exemple, la localisation convoitée, le prix d’achat intéressant, le choix des meubles, la déduction des charges, et bien sûr, le choix de l’expert en immobilier qui vous accompagnera ! Regardons tous ces points de plus près.

Penser à la “localisation”

Lorsqu’un acheteur décide de se lancer dans son projet immobilier, celui-ci peut avoir envie d’acquérir un bien dans son village ou encore dans une ville qu’il aime bien. Toutefois, ce type de raisonnement n’est pas conseillé dans le cadre d’un investissement locatif. 

En effet, pour maximiser la rentabilité, il est conseillé de cibler des villes dynamiques, qui attirent les étudiants, les jeunes actifs et les cadres, comme Paris, Bordeaux, Lyon ou Marseille par exemple. Dans ces villes, l’investissement locatif est intéressant. En effet, la demande est élevée, les prix immobiliers évoluent et la vacance locative est faible.

Cet article devrait vous intéresser :Dans quelles villes faut-il investir en 2020 ?

Une fois que l’investisseur a identifié la ville dans laquelle il souhaite acquérir un bien immobilier, il est conseillé de réfléchir au quartier dans lequel ce dernier pourrait se situer. De manière générale, on observe que les quartiers vivants, proches des commerces, des écoles, des entreprises, ainsi que les quartiers en vogue sont plus attractifs que ceux qui sont plus à l’écart. Par exemple, à Paris, on pense au 11e arrondissement.

Négocier le prix d’achat

Rentabiliser son projet immobilier passe d’abord par le prix d’achat. Un investisseur cherche évidemment à négocier le prix en sa faveur. Mais, avant de se lancer dans la négociation du prix d’achat, il faudrait prendre plusieurs éléments en compte. 

D’abord, il faut commencer par calculer le prix du mètre carré du bien en question, afin de pouvoir le comparer au prix moyen du mètre carré de l’arrondissement ou du quartier dans lequel il se trouve. Cela donne déjà un indice sur la possibilité, ou pas, de tirer le prix vers le bas. Par exemple, dans le quartier marseillais de Saint Julien, le prix au mètre carré est de 3 601€ et à Paris, dans le quartier de la Muette situé dans la 16e arrondissement, le mètre carré coûte 11 857 € en moyenne. A Bordeaux, dans le quartier du Grand Parc, celui-ci atteint 5 107€ et dans le quartier lyonnais du Vieux Lyon, le prix moyen du mètre carré arrive à 5 790€.

Le contexte est aussi un élément qui a un effet sur la marge de négociation. Par exemple, suite à la crise sanitaire, le contexte actuel est propice à la négociation, surtout dans la capitale.

Il est vrai qu’un investisseur souhaite acheter son bien à un prix plus faible que celui affiché, toutefois, il est important de rester en phase avec la réalité du marché. Exagérer la négociation peut brusquer les vendeurs et faire passer l’investisseur à côté d’un bien intéressant, surtout dans les grandes villes où la demande est élevée.

Louer meublé, bien meublé

Il est souvent conseillé d’opter pour une location meublée. En termes de rentabilité, cela peut être stratégique car pour un logement bien meublé, le prix du loyer peut augmenter, tout en respectant l’encadrement des loyers notamment à Paris. 

Comparer votre offre de location aux autres offres immobilières existantes peut être un moyen de mieux se positionner sur le marché, dans une ville ou un quartier.

Pour rendre votre bien plus attractif, diminuer le turn over, et comme expliqué plus haut, augmenter le loyer, il faudrait le maintenir dans un bon état, et le meubler au goût du jour afin qu’il plaise aux locataires !

Dans le cadre d’un investissement locatif, il est très intéressant pour un acheteur de se tourner vers la location meublée pour les avantages que ce type de location apporte. Ces derniers comportent notamment l’économie d’impôt qui permet de bénéficier des charges déductibles plus importantes, des loyers imposables plus faibles, ainsi que l’amortissement d’une durée de 10 ans qui permet à son tour de déduire 10% du prix d’achat, chaque année.

Déduire les charges et frais

En tant que propriétaire immobilier, certains frais et charges peuvent être déduits des revenus fonciers. Pour cela, il faut commencer par déclarer les loyers encaissés, et répondre aux conditions de la déduction des différents frais. Ces derniers comportent notamment le fait que la dépense déductible soit liée à un bien qui génère un revenu immobilier. Par exemple, pour un logement libre, la dépense ne pourra pas être déduite.

Ces dépenses peuvent notamment être liées à la réparation, l’entretien ou l’amélioration d’un bien immobilier, aux provisions de charges de copropriété, aux frais de gestion ou aux intérêts du crédit immobilier.

Faites vous accompagner par des experts en investissement

My expat vous accompagne tout au long de votre projet immobilier, grâce à sa plateforme 100% digitale. Lors de la recherche, de la négociation, ou de la finalisation des démarches, l’équipe partage son expertise et ses conseils pour optimiser la rentabilité d’un projet immobilier.

En effet, My expat guide l’investisseur sur la localisation de son futur bien, en fonction de son projet, notamment à Paris, Bordeaux, Lyon et Marseille. Et, une fois le bien trouvé, My expat se charge de la négociation avec le vendeur, afin d’obtenir un prix juste et aligné au marché ainsi qu’une rentabilité importante !