Vendre son bien depuis l’étranger

Partager l’article

Au regard des avantages qu’offrent la dématérialisation et le contexte économique qui plaide en faveur des vendeurs, toutes les conditions sont réunies pour se pencher sur la question de la vente depuis l’étranger pour les expatriés.

L’année 2018 a de grandes chances d’inscrire un nouveau record de vente dans l’immobilier ancien. En juillet dernier, le nombre de transactions réalisées au cours des douze derniers mois a atteint 950 000 transactions.

Les vendeurs en position idéale

Comme l’indiquent les notaires de France dans leur dernière note de conjoncture : “les vendeurs ont la main” sur le marché. Il n’y pas de pénurie de biens, mais ceux-ci se vendent particulièrement vite, surtout dans les zones tendues. Les ventes se font donc généralement sans négociation, ce qui permet de tirer les prix vers le haut.

À Bordeaux et à Lyon, les prix ont augmenté respectivement de 1,1 % et 8,8 % selon Meilleur Agent. À Paris, la tendance est identique. La capitale enregistre une progression des prix de 5,5 % sur la même période. Rien ne semble donc pouvoir freiner le dynamisme du marché parisien. En effet, le nombre de ventes de logements anciens progresse à un rythme toujours plus rapide. Il a augmenté de 28% en Ile-de-France ces 10 dernières années.

Les vendeurs sont aujourd’hui dans une situation idéale. Ils sont assurés de pouvoir bénéficier d’un bon prix pour leur bien et de le vendre rapidement. D’autant que pour eux l’horizon s’annonce dégagé. Les taux d’intérêts continuent de rester à un niveau très peu élevé, dopant de fait la demande.

Des démarches facilitées par la dématérialisation

La voie vers le tout-numérique est belle et bien entamée : l’ensemble des étapes de la vente d’un bien à distance peut être réalisé à distance. Sur les sites d’annonces immobilières, les offres de logement bénéficient d’une large couverture. Les Français ont adopté le réflexe puisqu’ils sont 90 % à se connecter pour réaliser leur recherche immobilière.

La dématérialisation des actes juridiques s’avère encore plus intéressante, notamment pour les expatriés. La loi autorise en France la signature électronique, que cela soit pour le compromis de vente ou l’acte de vente. Aujourd’hui plus de 25 % des actes de vente signés chez le notaire sont entièrement dématérialisés. Après des échanges par voie électronique, acheteurs et vendeurs n’ont plus qu’à signer sur une tablette chez le notaire. Sans oublier la possibilité offerte au vendeur de se faire représenter, grâce à la procuration.