Acheter un appartement dans le 7e arrondissement : à quoi s’attendre ?

Partager l’article

L’arrondissement du Palais-Bourbon, comme on l’appelle également, fait partie des plus beaux quartiers parisiens. Entre les boutiques de créateurs, les ministères et les restaurants de quartier, il fait assurément bon vivre dans le 7e arrondissement.  Un luxe qui a néanmoins un prix, puisque le m2 moyen se situe autour de 12.000 euros.

Le quartier et les environs

Situé sur la rive gauche de la Seine, le 7e arrondissement de Paris fait partie des plus prestigieux de la capitale. Central, il abrite des monuments d’exception, à commencer par la Tour Eiffel, ainsi que de très nombreux musées : Musée d’Orsay, Musée du Quai Branly.

C’est également dans ce quartier huppé que sont installées bon nombre d’ambassades, ainsi que l’Assemblée nationale. Avec ses galeries de peinture, ses boutiques de mode ou de design, ses restaurants branchés et ses nombreux immeubles à l’architecture remarquable, l’atmosphère des beaux quartiers est ici à son paroxysme. Agréable à vivre, il compte également de nombreux commerces de proximité, ainsi que 18 jardins et parcs (dont le célèbre Champ-de-Mars), des crèches, écoles, collèges et lycées…

Panorama immobilier du 7e arrondissement

Les commerçants, chefs d’entreprise, cadres et autres professions intellectuelles supérieures sont tout particulièrement nombreux à vivre dans ce quartier, où ils représentent plus de 50% des habitants. Une forte présence de ménages aisés qui n’a rien d’étonnant lorsque que l’on jette un œil au marché de l’immobilier riche de près de 38.000 logements. Le prix moyen du m2 dans le 7e est d’environ 13.000 euros, ce qui le hisse dans le trio de têtes des arrondissements les plus chers de la capitale.

Comme toujours à Paris, les prix changent du tout au tout d’une rue à l’autre. Du côté du Quai d’Orsay, par exemple, le m2 dépasse les 16.000 euros. Pour les biens les plus accessibles, dégotter un bien en deçà de 9.000 euros du m2 relève de la gageure. Le prix du mètre carré peut atteindre les 20 000 euros au m2. Un investissement important, donc, mais avec une belle plus-value potentielle : si le bien est acquis au juste prix, il devrait prendre de la valeur, compte tenu de la demande importante.

En ce qui concerne les loyers, pour de petites surfaces, ils se situent entre 40 et 45 euros du m2, par mois. A noter également, le 7e a pour particularité d’offrir une palette homogène et très large de biens. Ainsi, le parc immobilier compte autant de studios que de deux pièces et de grands appartements de plus de 5 pièces.

Les projets impactant l’immobilier dans le 7e 

Différents gros projets ont été lancés dans le 7e, comme la construction du futur Centre culturel et spirituel orthodoxe qui abrite une église, une salle de concert, ainsi qu’une école bilingue franco-russe pouvant accueillir 150 enfants.

L’ancien couvent des Clarisses a également été réaménagé pour accueillir une trentaine de studios destinés à accueillir des jeunes en insertion professionnelle, tandis que la transformation de l’ancien siège de Michelin en un vaste projet immobilier avec des logements, des bureaux, une crèche et des espaces verts, poursuit son développement.

Au niveau des aménagements urbains qui s’adressent à tous, l’arrondissement s’enrichit régulièrement de nouvelles voies cyclables.

Fun fact : Chez Gainsbourg

Le 7e est un arrondissement huppé où vivent de nombreux artistes et personnalités médiatiques. Disparu il y a 25 ans, Serge Gainsbourg a vécu plus de 20 ans au 5, rue Verneuil. Impossible de rater son ancienne demeure, sur lequel des fresques taguées rendent hommage à l’artiste. Juliette Gréco a également habité rue Verneuil avec Michel Piccoli. La petite histoire veut d’ailleurs que ce soit sa célèbre voisine qui ait inspiré la Javanaise à Gainsbourg. En ce qui concerne le nom de la rue, le Verneuil en question ne fait pas référence à un autre artiste, le réalisateur Henri Verneuil, mais à Henri de Bourbon, duc de Verneuil, fils naturel d’Henri IV.