Bilan de l’immobilier français en 2018

Partager l’article sur les réseaux sociaux :

En cette fin d’année 2018, le marché de l’immobilier français est toujours très fluide et dynamique. L’année 2018 s’inscrit donc dans la continuité positive de 2016 et 2017. On constate la même tendance au niveau de l’augmentation des prix, des volumes de ventes stables et des taux toujours bas.

Des taux d’intérêts toujours faibles et stables

Les taux historiquement bas de l’année 2016 ont tenu bon ! De 1,38 % en moyenne début 2017, les taux moyens en décembre 2018 se situent toujours autour de 1,40% sur 15 ans et 1,60% sur 20 ans pour les résidents français.

Les taux de prêt immobilier sont donc plutôt stables et toujours aussi attrayants. En comparaison, sachez qu’en décembre 2012 pour emprunter sur 25 ans, le taux d’intérêt était en moyenne de 3,70 %. Fin 2018, ce taux n’est que de 1,85 % pour les résidents français. Effet collatéral de la légère remontée des taux, la durée moyenne des crédits immobiliers s’est en revanche un peu allongée durant l’année. Les investisseurs s’endettent aujourd’hui sur 224 mois en moyenne pour un achat dans l’ancien.

Les ventes et les prix des biens en hausse

En 2018, le volume des ventes atteint un niveau toujours aussi élevé que l’année précédente. On comptait près de 953 000 transactions réalisées entre juin 2017 et juin 2018, selon la FNAIM. On comptait également à cette même période 49 400 logements anciens vendus.

De plus, les prix des logements sont toujours en hausse en 2018. Dans l’immobilier ancien, les prix ont subi une hausse de 2,8% sur un an (maisons et appartements confondus).

Cela s’explique notamment grâce à la forte hausse des ventes de biens anciens en Ile-de-France et surtout à Paris. En effet, sur un an, le prix d’un appartement parisien au mètre carré a augmenté de 5,9%.

Les mesures gouvernementales pour le logement

En 2018, la grande mesure gouvernementale sur les logements est la loi ELAN. Elle vise à faciliter la construction de logements neufs et à protéger les ménages les plus fragiles. Elle a été définitivement adoptée au Sénat le 16 octobre 2018.

La loi concerne donc la construction de biens, le secteur HLM et la lutte contre les marchands de sommeil. D’autres mesures sont également destinées aux particuliers, comme la création du bail mobilité, l’annulation de la trêve hivernale pour les squatteurs, le retour de l’encadrement des loyers ou encore la création d’un nouveau diagnostic à la vente d’un terrain.

Cet article pourrait vous intéresser : Dans quoi investir en 2019 ?

Qui sont les investisseurs ?

Selon une étude du Crédit Foncier, l’investissement locatif est de loin le placement préféré des Français. Ils sont 70 % à penser que c’est le meilleur moyen de se constituer une épargne.

Selon le site MeilleursAgents.com, en juillet 2018, les primo-accédants représentaient 32% des acheteurs en France. Sur la même période, les secondo-accédants sont passés de 40% à 42% et la part des investisseurs locatifs a diminué, passant de 16% en juillet 2017 à 14% en juillet 2018.