Comment vendre son bien immobilier à distance ?

Partager l’article

Bien des raisons peuvent amener un(e) expatrié(e) à prendre la décision de se séparer de son appartement ou de sa maison : besoin de fonds, héritage, envie d’investir dans son pays d’expatriation, charges trop importantes, …. Vendre son bien immobilier est un projet sérieux. Si en plus celui-ci se trouve en France, loin de son pays de résidence, cela peut s’avérer complexe. Heureusement, il existe des solutions, grâce à la dématérialisation croissante des procédures et à des services en ligne efficaces.

Légal et réalisable

Avant d’aller plus loin, il est important de le rappeler : vendre son bien immobilier en France tout en résidant à l’étranger et sans se déplacer, c’est tout à fait légal.
Il n’en reste pas moins qu’en France, l’administratif prend une place importante dans la transaction immobilière.
Heureusement, il existe aujourd’hui bien des solutions pour piloter cette opération sereinement à distance. Pour ne citer que cela, la procuration et la signature électronique ont, à eux deux, d’ores et déjà permis de dématérialiser et de faciliter les transactions immobilières, comblant la distance entre vous, l’acheteur et le notaire. La Loi pour une République numérique votée à l’automne dernier devrait permettre, progressivement, de poursuivre ce processus. (1)

Faites appel à un professionnel

Nous l’avons vu, la vente à distance est à la fois légale et techniquement réalisable à distance.
Mais il reste toutefois un facteur humain indépassable. L’organisation administrative de toutes les démarches reste une lourde charge pour le propriétaire, qui plus est à distance. Et ce n’est pas la partie la plus agréable. Car lors d’une transaction immobilière, il s’agit de se montrer pointilleux à l’extrême pour ne laisser aucune place à l’incertitude. C’est pourquoi il est recommandé à tous ceux qui manquent de temps et appréhendent les formalités administratives, de se tourner vers les services de professionnels de la vente immobilière à distance.

(1) LOI n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 pour une République numérique.