Investissement immobilier et expatriation : les 3 questions à se poser

Partager l’article

Vous êtes expatriés ou vous vous apprêtez à le devenir et vous vous posez des questions sur votre retraite, l’avenir de vos enfants ou tout simplement où placer votre argent ?
L’investissement immobilier en France vous permet de placer efficacement vos revenus.  Pour vous aider à y voir plus clair, voici les 3 bonnes questions à vous poser.

Question n°1 : “Puis-je emprunter en tant qu’expatrié ?”

En tant que non-résident, votre capacité d’emprunt auprès d’une banque française va être conditionnée par deux critères majeurs : votre type de contrat de travail et votre capacité d’endettement.

Votre contrat de travail

  • Le contrat détaché

Si vous avez un contrat Français et que vous êtes détaché à l’étranger, vous êtes, pour la majorité des banques, assimilé à un résident Français. Vous n’aurez alors aucun problème à obtenir un prêt de la part de votre banque ou d’un courtier. Vous êtes dans la meilleure des situations.

  • Le contrat local

Si vous êtes en contrat local – la majorité des expatriés – vous ne devriez pas avoir de mal à réaliser un emprunt immobilier. Mais les conditions du prêt dépendront alors de votre employeur : si vous travaillez pour une multinationale comme Alstom, Total ou Schneider Electric par exemple, votre niveau de risque est considéré comme faible et vous obtiendrez également un prêt sans difficulté. Par contre, si votre employeur à l’étranger est une PME moins connue, votre niveau de risque passe un cran au-dessus. Cette situation n’est pas bloquante, mais attendez-vous à obtenir un taux un peu plus élevé.

  • L’entrepreneur

Dernière situation, si vous êtes chef d’entreprise non résident ou travaillez comme indépendant à l’étranger, vous n’avez presque aucune chance d’obtenir un prêt en France. La quasi-totalité des banques refusent de financer des chefs d’entreprise basés à l’étranger, et ce même si vous gagnez très bien votre vie ou que vous disposez d’un apport important.

Votre banque

Certaines banques françaises ne prêtent pas aux expatriés. Si vous avez conservé une banque en France, il est capital de vous renseigner auprès d’elle pour savoir si elle accepte de vous financer en tant qu’expatrié. Attention : même les banques possédant un pôle pour expatriés sont souvent démunies face aux demandes particulières qu’impliquent le statut d’expatrié.

Enfin, il existe des courtiers spécialisés dans les expatriés. Cela peut s’avérer très utile en cas de difficultés avec votre banque.

Question n°2 : “Combien de temps dois-je prévoir pour mon projet d’investissement ?”

Un projet se décompose en 3 étapes majeures :

  • la recherche du bien : la prospection et les visites des biens correspondants à votre projet,
  • le financement : l’obtention de votre prêt ainsi que des assurances nécessaires,
  • l’étape notariale : signature de l’avant contrat, puis de l’acte authentique de vente, au terme duquel vous êtes officiellement propriétaire.

Fort de notre expérience dans l’investissement immobilier pour expatriés, nous avons constaté qu’un projet dure en moyenne entre 7 et 8 mois. Cette durée peut bien entendu varier selon les critères de chacun.

Question n°3 : “Puis-je réaliser mon investissement seul ?”

Pour un non-résident, les deux principaux freins à l’investissement en France sont la distance et le manque de temps.

C’est pour cela que My expat a imaginé et développé une solution 100% dématérialisée qui permet aux expatriés d’investir à distance dans l’immobilier français.

Créée par d’anciens expatriés, My expat vous conseille et met en place une stratégie adéquate avec vous par rapport à votre projet. Vous pouvez ensuite suivre et gérer l’intégralité de votre projet d’investissement en ligne, grâce à notre plateforme. Et tout cela, sans jamais avoir besoin de vous déplacer.