Diversification de l’épargne : l’assurance-vie menacée par des taux négatifs

Partager l’article

Face aux taux négatifs, les rendements de l’épargne se réduisent considérablement et ouvrent la voie à une nécessaire diversification de l’épargne vers les actifs réels, les actions et l’immobilier. Une petite démonstration s’impose pour expliquer de quelles façons les taux négatifs affectent la répartition de l’épargne et plus globalement celle du patrimoine.

Fin de l’épargne sans risque et des rendements positifs

Les contrats d’assurance-vie sans risque, à taux garanti, investis dans les fonds en euros sont très largement plébiscités par les épargnants français. Les contrats d’assurance-vie collectent quelques 1750 milliards d’euros, plus des deux-tiers de ces contrats d’assurance-vie sont investis dans les fonds en euros. Les fonds en euros à capital garanti sont composés en grande majorité d’Emprunts d’Etat (appelés également Obligations dites souveraines), réputés peu volatiles. Ce placement est donc sécurisé, autrement dit le capital et les intérêts versés sont garantis.

Mais qu’en est-il dans un contexte économique morose ? Les politiques monétaires menées ces dernières années par la Banque Centrale Européenne (BCE) ont mis à mal la rémunération des épargnants. Des taux de rémunération toujours plus bas, comme mesure incitative pour forcer les banques commerciales à consentir davantage de prêts. L’objectif affiché est clair ; renouer avec la croissance en favorisant les investissements et la consommation, créateurs de richesse. Si jusqu’à peu, les taux étaient historiquement bas, les taux sont depuis négatifs. Le taux d’emprunt de référence sur le marché français, l’Obligation Assimilable du Trésor (OAT) à 10 ans est ainsi passé sous la barre de 0 % pour s’établir aux environs de – 0,30 %. Une situation inédite qui laisse entrevoir peu d’espoir d’obtenir du rendement positif et sans risque sur les placements de court terme. L’heure est donc dorénavant à la diversification de l’épargne, l’épargne sans risque devenant un « vestige d’un passé révolu » comme le désigne Allianz France.

L’immobilier, une valeur sûre

Dans ce contexte de taux bas, les fonds euros à dominante immobilière tirent leur épingle du jeu et offrent de belles performances. D’après une étude de Good Value For Money, les rendements offerts en 2018 pour les fonds en euros à dominante immobilière ont rapporté en moyenne 2,37 %. Seule ombre au tableau, l’accès à ce type d’épargne est contraignant. En effet, de nombreux distributeurs de ce type de contrat imposent d’investir dans 30 à 50 % de fonds risqués, qui implique une prise de risque, pouvant déplaire à bon nombre d’investisseurs.

Dans ce contexte de diversification de l’épargne, la tentation est grande d’investir dans la pierre, valeur refuge par excellence. Les taux de crédit attractifs et les conditions d’obtention de crédit assouplis, permettent d’accroître significativement la capacité d’endettement. Les taux de prêt actuels sont historiquement bas, en moyenne de 0,75 % sur 10 ans, 0,95 % sur 15 ans, et 1,15 % sur 20 ans. À ce constat, s’ajoute les dispositifs fiscaux (Pinel, Censi-Bouvard) prolongés jusqu’en décembre 2021, mais surtout le statut LMNP (Loueur en Meublé Non Professionnel), qui sont des arguments supplémentaires en faveur d’un investissement locatif. Autant de facteurs qui incitent les investisseurs à placer leur argent dans l’immobilier.

Toutefois, il faut prendre en considération un prix au m2 qui ne cesse de progresser et rester vigilant sur la localité et la qualité de l’emplacement du bien. Les grandes villes comme Paris, Bordeaux, Lyon et Marseille restent l’apanage des investisseurs immobiliers en raison de leur dynamisme économique, de leur population étudiante et leur croissance démographique. La demande de logement y est toujours forte, en particulier pour les petites surfaces.

Diversifier et assurer votre épargne grâce à My expat

Les taux d’intérêt extrêmement bas sont donc désolants pour placer de l’argent mais un signe d’encouragement pour investir dans l’immobilier. My expat, permet à tout acheteur, expatrié ou non, de confier la recherche d’un bien immobilier dans des villes à fort potentiel : Paris, Bordeaux, Lyon et Marseille. La plateforme My expat ergonomique et intuitive, est mise à votre disposition pour suivre étape par étape l’avancement du projet. Sur la plateforme, vous pouvez aussi bien consulter les photos des biens visités, lire le compte-rendu des visites, que procéder au téléchargement des documents nécessaires à la concrétisation du projet. Une application complète et totalement dématérialisée entièrement dédiée à l’aboutissement votre projet.