À combien puis-je louer mon bien immobilier ?

Partager l’article

La réussite d’un investissement locatif dépend en grande partie de la rentabilité locative du bien. Pour optimiser son investissement, il est donc indispensable de définir avec précision et justesse la hauteur de son loyer. Ce dernier doit être en accord avec la réalité du marché local, la qualité du bien loué, et la loi sur l’encadrement des loyers appliquée dans la ville ciblée.

À combien se loue un appartement à Paris, Lyon et Bordeaux ?

En août 2019, le loyer mensuel moyen par mètre carré s’élevait à 31 € à Paris, à 15 € à Bordeaux et à 14 € Lyon pour les appartements, selon le site Seloger.

La réalité du marché

En principe, un loyer peut être fixé librement par le propriétaire bailleur, qui détermine son loyer en prenant en compte plusieurs critères, tels que les loyers fixés pour des biens similaires en terme de superficie et d’emplacement. Par ailleurs, les éléments suivants doivent aussi être pris en considération :

  • Si la location est meublée ou non ;
  • L’état général du bien ;
  • La performance énergétique du bien ;
  • Les équipements.

Pour connaître les loyers pratiqués dans votre région et pour votre type de biens, vous pouvez consulter l’observatoire des loyers de votre ville.

A noter que dans certaines zones dites “tendues” (c’est-à-dire des communes dans lesquelles la taxe sur les logements vacants est appliquée), les propriétaires bailleurs peuvent être amenés à augmenter leurs prix.

Cet article pourrait vous intéresser : Pourquoi investir dans l’immobilier bordelais en 2019 ?

Pourquoi est-ce important de louer au bon prix ?

Le contexte de pénurie de logements incite beaucoup de propriétaires à fixer un loyer élevé. Cependant, cette démarche peut souvent leur faire défaut. En effet, le loyer, s’il est surestimé, risque d’entraîner des impayés, une vacance locative, un turn-over important des locataires, ce qui risque d’engendrer des pertes financières importantes.

Au moment de fixer son loyer, il faut également prendre en compte la dimension éthique qui entre en jeu. En effet, les locataires les plus demandeurs sont des étudiants et des jeunes diplômés aux revenus souvent précaires, qui ne leur permettent pas de louer un bien au loyer surestimé.

Point sur l’encadrement des loyers

Afin de limiter la hausse du loyer de certains logements après une remise en location ou un renouvellement de bail, un encadrement des loyers a été établi dans certaines villes. Au départ appliqué à Paris et à Lille avec la loi Alur, ce dispositif avait été levé en 2017, pour être finalement remis en place à nouveau dans la capitale, depuis le 1er juillet 2019.

Cette loi s’applique donc à tous les baux signés à compter de cette date. Les loyers demandés par les propriétaires ne peuvent pas être supérieurs au loyer de référence majoré, qui correspond à +20% du loyer de référence. Les propriétaires ne respectant pas la loi de l’encadrement des loyers encourent jusqu’à 5 000 € d’amende pour une personne physique, et 15 000 € pour une personne morale.

Pour connaître le loyer de référence, ainsi que le loyer de référence minoré et le loyer de référence majoré par mètre carré pour votre bien, consultez le site Référence Loyer.