MaPrimeRénov’ & diagnostic DPE – Immobilier durable

Partager l’article

MaPrimeRénov’ est un dispositif mis en place afin d’apporter une aide pour les travaux d’amélioration de la performance énergétique d’un logement. Lancé en 2020, cette prime s’adressait d’abord aux propriétaires des ménages modestes. Mais, depuis octobre 2020, ce dispositif s’est ouvert à un plus grand nombre de propriétaires. En début d’année, les propriétaires occupants pouvaient déposer leur dossier, et à partir de juillet, ce seront les bailleurs qui pourront enfin bénéficier de cette prime. Aussi prévu pour juillet 2021 : le lancement du nouveau diagnostic DPE, on vous dit tout dans cet article.

  1. Le dispositif MaPrimeRénov’ : c’est quoi ?

Le principe

Depuis son lancement, le dispositif MaPrimeRénov’ remplace le Crédit d’Impôt pour la transition énergétique, le CITE et les aides offertes par l’agence nationale de l’habitat. Que vous soyez propriétaire d’une maison individuelle ou d’un appartement, cette prime a pour objectif de financer les travaux d’amélioration énergétique. La chaudière à granulés ou à bûches, le chauffe-eau solaire, l’isolation des murs de l’intérieur et de l’extérieur, des toitures des terrasses, des parois vitrés ainsi que des rampants ou l’audit énergétique du foyer sont des projets sujets à la prime. Les travaux peuvent aussi être en lien avec l’entretien du logement comme par exemple pour remplacer la robinetterie vétuste ou les volets.

Le calcul de l’aide

Le montant de l’aide se calcule en fonction de la nature des travaux, de la composition du foyer ainsi que de la localisation du bien. Pour remplacer une ancienne chaudière au gaz ou au fioul, ou pour installer une pompe à chaleur à chaleur air/eau, un propriétaire peut obtenir 4500 € grâce au dispositif MaPrimeRénov’. Toutefois, la part des travaux prise en charge ne peut pas dépasser 20 000 € sur un logement.

Il est possible d’utiliser un simulateur spécial sur https://www.faire.gouv.fr/aides-de-financement/simulaides afin de savoir jusqu’à combien peut s’élever le montant de l’aide.

La demande

La démarche est simple et dématérialisée. Avant les travaux, il faut commencer par créer un compte sur le portail. Puis il faut fournir des pièces justificatives, notamment des documents d’identité ou des informations fiscales. Enfin, il faudra déposer une demande accompagnée des devis pour les travaux à réaliser. Vous recevrez par mail une confirmation de l’aide et du montant qui vous sera attribué. Les travaux peuvent enfin commencer. N’oubliez pas de déposer les factures sur votre espace personnel en ligne, afin de recevoir le versement. Une fois que cela est fait, le versement du montant confirmé par le dispositif Ma primeRénov’ sera effectué.

4 astuces environnementales pour réussir son investissement dans l’ancien
  1. Pourquoi rénover un bien ?

La rénovation énergétique d’un logement est très intéressante pour plusieurs raisons. D’abord, l’isolation thermique et sonore d’un bien permet de vivre dans un confort plus important. Et, si ce bien est loué, le locataire sera plus à l’aise, et pourra rester plus longtemps. D’ailleurs, les économies réalisées grâce à ces travaux, notamment sur la facture de chauffage, peuvent être un réel argument pour attirer un acheteur ou un locataire potentiel.

New call-to-action

Améliorer la performance énergétique d’un logement permet aussi d’augmenter sa valeur. Cela permettra de faciliter la revente, de générer une plus-value plus importante et de trouver un locataire plus facilement.

Et, en termes de rentabilité, un bien immobilier entretenu régulièrement coûte généralement moins cher sur le long terme, car il ne nécessitera pas de lourds travaux.

Dans le cadre d’un investissement locatif, acquérir dans l’ancien pour ensuite effectuer des rénovations à moindre coût peut être très stratégique car une partie des travaux pourront être financés grâce au dispositif MaPrimeRénov’ .

  1. Nouveauté : le diagnostic DPE change en 2021

A partir de juillet 2021, de nouvelles exigences entrent en jeu sur le diagnostic DPE, que ce soit pour la vente ou la location d’un bien immobilier. Ce diagnostic évolue et inclut de nouvelles caractéristiques de performance énergétique. Selon la loi énergie-climat de 2019, de nouvelles règles seront imposées aux propriétaires des biens étiquetés F ou G sur le diagnostic.

Le principe

Cette nouveauté permettra de lutter et d’éviter l’achat ou la location d’un bien qui est dit trop énergivore. Par exemple, pour ce type de bien, on pourra observer une stabilisation des loyers : ils ne pourront plus augmenter le loyer lors d’une relocation ou d’un renouvellement de bail.

Dans le cadre d’une vente immobilière, le nouveau diagnostic DPE deviendra juridiquement opposable, selon la loi ELAN de 2018. Si un bien est faussement étiqueté, l’acquéreur pourra se retourner contre le vendeur. Ce dernier sera donc tenu responsable et devra réaliser des travaux de rénovation énergétique. Suivant le même principe, un propriétaire peut, lui aussi, se retourner contre un diagnostiqueur, si ce dernier effectue un mauvais diagnostic sur son bien immobilier.

Le fonctionnement

La méthode de calcul, elle aussi, change pour devenir unique. Tous les types de biens pourront la suivre. Jusqu’en juillet 2021, des factures d’énergie étaient utilisées pour le calcul du DPE. Mais, cela n’est pas toujours précis: pour un même bien, le résultat peut varier selon le nombre d’occupants. La consommation auxiliaire et l’éclairage vont désormais faire partie de l’équation. Et, les vérandas chauffées seront considérées comme des parties habitables du bien et seront donc prises en compte également.

 

Vous avez un projet immobilier dans l’ancien en France ? Contactez My expat, nous sommes le seul service de recherche 100% dédié aux expatriés et non-résidents.