Emprunter via une banque ou un courtier : avantages et inconvénients

Partager l’article sur les réseaux sociaux :

Moins courant en France qu’à l’étranger, le recours à un courtier  immobilier est en forte croissance. Selon votre profil et vos attentes, cela peut effectivement être une très bonne idée !

Emprunter en étant expatrié : c’est possible

Trop risqué de traiter avec un expatrié ? Assurément pas ! De nombreuses banques françaises prêtent aux expatriés. Il faut simplement savoir vers qui se tourner, et sous quelles conditions il est possible de négocier.

Par exemple, les banques exigent généralement plus de documents de garantie de la part des expatriés. Les bulletins de salaires ou le contrat de travail étant plus difficile à examiner, c’est un moyen pour elles de s’assurer de la bonne situation financière de l’emprunteur.

Même chose pour les taux pratiqués. Les banques considèrent qu’il leur sera plus difficile de récupérer leur mise en cas de conflit. Elles ont donc tendance à pratiquer des taux d’intérêts légèrement supérieurs. Une incidence plutôt limitée actuellement, en raison des faibles taux d’intérêt en cours.

L’option courtier

La mission du courtier est de trouver un crédit au meilleur taux possible et de conseiller ses clients sur les modalités d’emprunt (durée et type de prêt) les mieux adaptées à leurs besoins.
Pour les 65 % de français qui considèrent que les différentes démarches liées à la souscription d’un prêt immobilier sont “compliquées” (sondage Opinion Way pour la fintech Pretto), il peut être un réel soutien. Le courtier aide à réunir l’ensemble des pièces justificatives nécessaires à la négociation et à l’obtention des offres de prêt.

Selon que vous traitiez avec un courtier en ligne ou en agence, les conditions tarifaires sont un peu différentes. Dans le premier cas, les frais de courtage peuvent être gratuits et seuls les frais de dossiers sont à régler (environ 500 euros). Les courtiers en ligne se rémunèrent directement auprès des banques, à qui ils apportent des nouveaux clients. En agence, les frais de courtages excèdent rarement 1 500 euros par dossier.

Recourir à un courtier peut assez facilement s’avérer lucratif. En moyenne, on constate qu’il permet de faire entre 0,2% à 0,3% d’économies sur un taux de crédit.

Ne plus traiter directement avec les banques ?

Tout dépend de votre situation personnelle. Si vous avez conservé une banque en France et que cette banque accepte de prêter aux non-résidents alors nul doute que le taux que vous obtiendrez par ce biais sera plus intéressant.

Cette dernière peut éventuellement s’appuyer sur un historique de bonne gestion financière pour proposer un taux plus intéressant. Et surtout, elle souhaite conserver vos comptes dans son établissement.

Les courtiers ont généralement pré-négocié des accords avec des banques qui leur ont transmis des grilles tarifaires. Celles-ci correspondent à des profils types et sont souvent difficilement renégociables. Du fait de votre statut d’expatrié, il est vivement recommandé de faire appel à un courtier en financement spécialisé pour les expatriés.

Enfin, il ne faut pas oublier de prêter attention à l’assurance de l’emprunt. C’est une autre source potentielle d’économie. Son usage a en plus été récemment facilité par le Conseil constitutionnel qui a autorisé la résiliation annuelle des contrats d’assurance.

En conclusion, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises solutions, tout dépend de votre situation. Les courtiers sont des spécialistes du crédit, leur intervention se justifie particulièrement face à un profil d’acheteur atypique. Les banques répondent quant à elles mieux à des demandes plus généralistes, c’est-à-dire pour des dossiers moins complexes. Le mieux est souvent de tester les deux solutions pour faire un choix avisé.

N’hésitez pas à nous contacter pour avoir plus d’informations ou obtenir des contacts.