Vrai ou faux sur… la vie d’expatrié

Partager l’article sur les réseaux sociaux :

Nombreuses sont les idées reçues concernant la vie d’expatrié, et elles peuvent souvent constituer un frein pour mener à bien son projet de partir vivre à l’étranger. My expat démêle pour vous le vrai du faux concernant les difficultés de l’expatriation ainsi que les droits et obligations inhérentes au statut d’expatrié.

Quand je suis expatrié, je ne cotise plus en France

Vrai :

En effet, le statut d’expatrié, du point de vue de la Sécurité sociale, signifie que vous ne cotiserez plus auprès d’un régime de sécurité sociale français, mais auprès d’un régime au sein de votre pays d’accueil, en fonction des règles qui s’appliquent sur place.

Précisons que seuls les salariés détachés continuent à devoir cotiser en France.

On ne peut pas s’expatrier en famille

Faux :

Faire déménager toute sa famille à l’étranger est une démarche qui peut souvent intimider, voire décourager. Pourtant, l’expatriation en famille est tout à fait réalisable. Plus de la moitié des expatriés (63%, selon notre Etude My expat 2016), s’expatrie d’ailleurs en famille.

On peut d’ailleurs trouver beaucoup d’avantages à réaliser ce projet avec ses proches. Les enfants peuvent apprendre une nouvelle langue dès leur plus jeune âge et donc devenir très rapidement bilingues. De plus, ils découvrent une nouvelle culture, un nouveau mode de vie qui leur permet d’avoir une large ouverture sur le monde, et de vivre une aventure mémorable.

L’expatriation, c’est pour les jeunes et les riches

Faux :

Une autre idée reçue concernant l’expatriation est que celle-ci concernerait uniquement les jeunes et les riches. En effet, quand on pense à des personnes qui s’expatrient, on pense souvent aux jeunes étudiants partant étudier à l’étranger, aux cadres d’entreprises ou autres salariés s’expatriant pour occuper un poste important.

Pourtant, l’expatriation n’oblige pas forcément à avoir beaucoup de ressources financières, et touche d’ailleurs une grande diversité de profils :  9% des expatriés recensés exercent une profession libérale, 7% sont des employés de la fonction publique et 5% des employés administratifs, selon le Baromètre 2016 établi par HumanisLepetitjournal.com.

Concernant l’âge, il s’agit là aussi d’une idée reçue. En effet, la plus grande majorité des expatriés a plus de 35 ans. D’après notre Etude My expat de 2016, 52% des expatriés ont entre 35 et 60 ans.

Les banques prêtent aux expatriés

Vrai :

Comment obtenir un prêt lorsqu’on est expatrié ? Si certaines banques ne sont pas enclines à accorder des crédits à des expatriés, de nombreuses autres sont tournées vers ce public et seront très à l’écoute lors de votre demande de prêt. C’est le cas des banques mutualistes.

Il est impossible d’acheter un appartement depuis l’étranger

Faux :

Le numérique chamboule tous les secteurs et l’immobilier n’est pas épargné. En effet, il tend à se digitaliser de plus en plus, et de nombreux acteurs permettent aujourd’hui d’investir à distance.

C’est le cas de My expat, qui vous offre un accompagnement complet à distance dans votre projet immobilier, en organisant notamment des visites virtuelles pour vous projeter dans votre futur bien, en réalisant des procurations pour les signatures et en vous facilitant la gestion de votre projet immobilier depuis l’étranger, en toute facilité, sans que vous n’ayez jamais à vous déplacer.