La transaction immobilière vue de… Russie

Partager l’article sur les réseaux sociaux :

La Russie, plus grand pays du monde au carrefour entre l’Europe et l’Asie, offre de nombreuses opportunités d’investissements aux étrangers. Si les prix de l’immobilier sont généralement assez élevés, le pays offre en contrepartie bien des avantages aux investisseurs étrangers en terme de législation et de politique fiscale.

Moscou, la capitale russe, est l’une des villes les plus chères au monde. Avec ses villas de prestige et ses appartements et lofts de haut standing dans des gratte-ciels, la métropole se focalise sur l’immobilier de luxe. Le prix du mètre carré s’élève en moyenne à 4255 €, et peut grimper jusqu’à 6625 € selon la période. Ce qui est 2% de plus que le coût pratiqué en France (+2%). A Saint-Pétersbourg, deuxième centre économique du pays, les prix sont plus abordables : il faut compter  en moyenne 1962 € le mètre carré. La Russie, et notamment la capitale, sont donc préférées par les investisseurs non frileux, prêts à payer le prix fort pour espérer un retour sur investissement.

La procédure de financement

Bonne nouvelle pour les investisseurs étrangers : en Russie, il n’y a ni taxe foncière, ni impôt local. Seul l’impôt sur le revenu existe (13% pour les résidents et 30% pour les non-résidents). De plus, les banques russes sont en général assez enclines à accorder un crédit aux étrangers, sous réserve d’un apport de 20 à 30%. Le taux d’intérêt des banques pour un emprunt en euros est de 9 à 10%. L‘inflation en Russie étant plus élevée qu’en France, le retour sur investissement est donc assez important, atteignant en général 30 à 40% en ce qui concerne Moscou.

D’autre part, certaines banques (telles que Sberbank et Tinkoff) offrent des services spécifiques aux investisseurs étrangers.

La procédure d’achat

En Russie, les investisseurs étrangers ont la chance de bénéficier des mêmes droits que les citoyens russes lors d’une transaction immobilière. Afin de conclure votre contrat d’achat, vous aurez besoin de votre passeport accompagné d’une traduction notariée et d’une apostille de France. Vous serez alors contrôlé par le ministère de l’Intérieur français et par l’Ambassade Russe. Vous pouvez également choisir un représentant pour conclure le contrat. Si ce représentant est un citoyen russe, vous n’aurez alors besoin ni des traductions ni des tampons et la transaction sera largement facilitée. 

Pour effectuer votre achat immobilier, il est recommandé de prendre contact avec un agent immobilier local. Plusieurs agences dans les grandes villes offrent d’ailleurs des services multilingues. Outre son aide avec la barrière de la langue, l’agent immobilier s’occupera de la vérification des documents d’enregistrement de votre futur bien tels le certificat de propriété, l’accord des propriétaires et les fondements d’acquisition.

La procédure notariale 

Pour vous assurer que la documentation fournie lors de la transaction est en ordre, il est recommandé de faire appel à un notaire, même si cette démarche n’est pas obligatoire. Un notaire public est responsable de la vérification de l’accord de vente ainsi que des autres documents qui lui sont présentés. Il est aussi financièrement responsable si quelque chose se passe mal. En Russie, la commission notariale est plutôt faible, et oscille entre 0,7 et 1,5% du prix d’achat du bien immobilier.

Bon à savoir : en Russie, il est aussi très fréquent d’acheter des appartements encore en construction. La société de construction investira alors l’argent des futurs propriétaires dans la construction. Cela permet à l’investisseur de bénéficier de tarifs plutôt avantageux par rapport à une propriété clé en main.