Acheter un appartement dans le 8e arrondissement de Lyon : à quoi s’attendre ?

Partager l’article

Pas forcément mis en valeur par le passé, le 8e arrondissement de Lyon fait sa mue. Les projets immobiliers s’enchaînent et multiplient les chances de dénicher un bon investissement qui prendra une valeur importante au fil des ans.

Le quartier et les environs

Un trait d’union. A Lyon, le 8e arrondissement fait le lien à l’est entre la proche banlieue et le centre-ville. A la fois à 15 minutes en transports en commun du quartier de la Part-Dieu, ses habitants accèdent aussi facilement aux avantages de la périphérie immédiate avec de vastes centres commerciaux, le plus grand parc de la ville (le parc de Parilly), mais également l’accès à l’A43.

Le 8e a longtemps souffert d’une image dégradée en raison des cités qui ont émergées après la disparition des nombreuses usines qui y étaient traditionnellement installées. Mais aujourd’hui l’arrondissement présente un nouveau visage. Le quartier de Monplaisir est en voie de “boboïsation” fulgurante et est réputé pour son ambiance de “village”.

Les anciennes friches laissent la place à d’importants projets immobiliers. D’ailleurs, le 8e est certainement l’arrondissement qui vit la plus profonde mutation de son offre de logement actuellement.

Panorama immobilier du 8e arrondissement de Lyon

Grâce à son passé industriel, le 8e bénéficie de réserves foncières plus importantes que les autres arrondissements. Même si ces réserves ont actuellement tendance à s’étioler, elles ont un impact direct sur les prix de l’immobilier. Le 8e arrondissement s’inscrit en effet comme l’un des moins chers de la cité des Gones. Le prix du mètre carré tourne autour de 3 600 euros. On peut y trouver des biens dont le mètre carré s’élève à 5 300 euros. 

En effet, dans le quartier de Monplaisir, plus à la mode et plus proche du métro, les prix s’approchent de ceux pratiqués dans les très courtisés quartiers de la Croix-Rousse et du Vieux Lyon. Un deux-pièces s’y négocie autour de 160 000 euros, un trois-pièces à moins de 200 000 euros.

Les projets impactant l’immobilier dans le 8e arrondissement de Lyon

Le projet Lyon Mermoz illustre de façon emblématique la redynamisation de l’Est de Lyon. Dans ce quartier souvent cité pour sa mauvaise fréquentation, la ville de Lyon a lancé un vaste projet de rénovation et de constructions immobilières. Avec la démolition de l’autopont, le réaménagement des boulevards et la démolition de 320 logements sociaux, le projet Mermoz a permis la mise en route de pas moins de 12 programmes immobiliers. Plus de 570 nouveaux logements devraient être livrés à terme.

En plus, dans les quartiers de Berthelot-Epargne et Valéo Sud, ce sont respectivement 69 000 et 30 000 m² de logements qui ont récemment été réalisés. S’ajoute à cela l’attractivité de l’Université de Lyon 3 qui amène une importante population jeune, tout comme le Bioparc de Lyon qui rassemble 1 100 chercheurs et 12 000 étudiants en sciences de la vie.

Cet article pourrait vous intéresser : Pourquoi investir dans l’immobilier lyonnais en 2019 ?

Fun fact : Rue du Premier Film

Rue Saint-Victor dans le quartier de Monplaisir en 1882, Antoine Lumière fonde une petite industrie artisanale pour produire les « étiquettes bleues »,  des plaques photographiques instantanées inventées par lui et ses fils et qui deviendront plus tard les premières pellicules photographiques. Cette industrie fait la fortune de la famille Lumière et les rend célèbres dans le monde entier. Dans cette usine, ils créent le cinématographe, qui leur permettra de tourner leur tout premier film : “Sortie de l’usine Lumière à Lyon” (1895). Comme on peut le voir sur les images l’entreprise est florissante et animée. Dans un espace de 8 000 m² l’usine fait travailler plus de 800 personnes. Une sorte de petit Hollywood avant l’heure… Aujourd’hui l’usine a été remplacée par l’Institut Lumière qui entretient le patrimoine cinématographique du quartier. Et la rue Saint-Victor a été rebaptisée : rue du Premier Film.