Immobilier : faut-il investir à Paris ou en banlieue ?

Partager l’article

L’investissement immobilier parisien attire un grand nombre de personnes. Mais, le prix d’entrée est conséquent. Grâce aux différents travaux d’aménagement, comme le projet du Grand Paris, la banlieue parisienne séduit aussi les acheteurs, par sa proximité, son prix plus alléchant et sa rentabilité plus intéressante. Alors comment savoir où investir entre Paris et la banlieue ?

Investir à Paris : un marché pas si inaccessible

La force du dynamisme sur Paris, un avantage certain

Le marché immobilier de la capitale est synonyme de dynamisme. Paris séduit les étudiants et les jeunes travailleurs français et étrangers. La ville lumière est un investissement sûr car les opportunités y sont présentes. De plus, la vacance locative faible et la rentabilité intéressante. Aussi, dans le cadre d’une revente, une plus-value est garantie.

Paris offre une qualité de vie que certains locataires recherchent, et les quartiers sont bien desservis par les transports en communs. La tendance d’habiter à proximité du lieu de travail a aussi un impact sur l’attractivité de la ville.

A Paris, un investisseur peut trouver sa perle rare quelque soit son projet immobilier et son budget. Les quartiers populaires offrent des biens à des prix plus raisonnables, avec des loyers alignés, et une forte attractivité. Les quartiers plus bourgeois sont considérés comme étant une valeur sûre, pour un prix bien plus élevé.

Un obstacle certain, mais tout reste possible

Le premier frein que présente l’acquisition d’un bien immobilier à Paris est le prix du mètre carré qui est, évidemment, bien plus élevé qu’en banlieue. Dans la capitale, le prix moyen du mètre carré est de 10 175€ et peut grimper bien plus haut encore.

Paris est une ville en tension immobilière, c’est à dire qu’il y a plus d’investisseurs que d’offres ; cela explique bien la durée de vente moyenne de 35 jours seulement ! A titre de comparaison, à Lyon et à Bordeaux, cette durée s’élève à 51 et 53 jours respectivement.

Vous ne savez toujours pas où investir entre Paris et la banlieue ? Vous pouvez consulter des articles similaires pour vous aider à faire un choix : Immobilier parisien : nouveau record sur le prix au m².

Un investissement en banlieue : la fausse bonne idée ?

La qualité de vie, une aubaine

Aujourd’hui, la qualité de vie et le prix du loyer sont des critères importants qui encouragent un grand nombre de personnes à s’installer dans la banlieue parisienne. Bien desservie par les transports en commun, les personnes qui travaillent à Paris peuvent se déplacer facilement. Pour les couples et les familles, il peut être plus avantageux de choisir la banlieue, afin d’investir dans des surfaces plus importantes.

Selon le baromètre de SeLoger de septembre 2019, Nanterre, Champigny-sur-Marne, Vitry-sur-Seine, Noisy-le-Grand, Aubervilliers et Saint-Denis sont les 6 villes en Ile de France où il est intéressant d’investir en vue du projet Grand Paris. Le prix au mètre carré est de 4870€, 3430€, 3531€, 3414€, 3236€ et 3525€ respectivement. Sans oublier Clamart, qui est à 20 minutes de la Défense, Colombes, qui offre des prix plus faibles que ses voisines, Courbevoie qui se trouve à seulement 2 km de Paris, ou encore Ivry sur Seine qui est à 30 minutes de la capitale.

Un risque d’investissement immobilier

Comme mentionné plus haut, les loyers plus faibles peuvent présenter un frein à l’acquéreur dans le cadre d’un investissement locatif. Le remboursement du crédit immobilier s’étend donc dans la durée. Aussi, pour être rentable, cet investissement immobilier locatif doit être un projet à long terme.

Vers les Hauts de Seine, la vacance locative varie selon le type de bien immobilier ; pour un studio vide, la vacance peut être de 13 jours et pour un studio meublé, la durée peut s’élever à 17 jours.

Notre article Investissement locatif : les 5 pièges à éviter évoque les risques existants, et comment les contourner.

Comment choisir où investir entre Paris et la banlieue ?

Investir dans la capitale est un choix sûr, en termes d’évolution des prix, d’opportunités, et d’objectif immobilier. Par exemple, dans le cadre d’un investissement locatif, la rentabilité est plus importante à Paris, et la vacance locative sera quasi-nulle.

Dans l’optique de revente, la tendance haussière des prix parisiens est prévue sur du long terme, car l’offre reste inférieure à la demande. Les 10 dernières années, le prix du mètre carré parisien a presque doublé. Elle est passée de 6 500 € en 2008 à plus de 10 000 € cette année. En banlieue, sur la même période, la croissance est plus atténuée. 

New call-to-action