Expatriés : comment profiter des taux bas pour investir dans l’immobilier en France ?

Partager l’article sur les réseaux sociaux :

Vous avez dû le lire, les taux en France sont très bas, plus bas que les taux des années d’après guerre ou le pays avait besoin de croissance. Mais alors comment profiter de ces taux ? Comment profiter de cet argent peu cher pour développer son patrimoine ou pour le diversifier ? Quels sont les critères qui vous permettront d’obtenir ce financement ? Nous vous apportons quelques éléments de réponse.

Vous devez d’abord savoir qu’en tant qu’expatrié souhaitant investir dans l’immobilier en empruntant, vous devez vous poser les 3 questions suivantes, et dans l’ordre :

  1. Puis-je emprunter ?
  2. Combien puis-je emprunter ?
  3. A quel taux puis-je emprunter ?

Possibilité d’emprunt

Savoir si l’on peut emprunter dépend de beaucoup de paramètres, mais en priorité d’un élément relativement simple : votre situation professionnelle d’expatrié. Les banques vont donc, en tout premier, étudier votre situation et en particulier et le contrat sous lequel vous travaillez :

  • le type de contrat avec lequel vous êtes parti en expatriation (expatrié ou détaché, contrat local, indépendant ou chef d’entreprise)
  • la taille et la renommée de votre employeur

De façon logique ou pas, un détaché pour le compte d’un grand groupe Français empruntera facilement en France alors qu’un chef d’entreprise à l’étranger aura beaucoup plus de mal à emprunter, quelque soit son niveau de rémunération.

Il est donc important de bien étudier sa situation professionnelle avant de vous lancer dans un projet, et ce pour éviter de mauvaise surprise avant la signature d’une vente.

Votre capacité d’emprunt

Savoir ensuite combien vous pouvez emprunter dépend essentiellement d’un ratio simple : le montant de vos charges mensuelles (essentiellement votre loyer) ramenées au montant de votre salaire mensuel net (hors primes).

Si ces charges représentent plus de 30% de votre rémunération, votre dossier a peu de chance de passer et il devra être étudié en détail pour savoir si votre banque ou une autre accepte de vous prêter. Et à l’inverse, plus ces charges sont faibles par rapport à votre salaire, plus vous avez de chance de pouvoir emprunter.

Ce calcul est important car il vous permet se savoir combien vous pouvez emprunter compte tenu de votre situation locale.

Des taux d’emprunt au plus bas

La dernière étape consiste à tenter d’obtenir le meilleur taux. En effet, alors que tout le monde annonçait une remonté des taux d’emprunt, ceux-ci ont encore baissé au mois de mai pour atteindre 1,45% sur 20 ans pour un non résident (dans certaines conditions) et il serait dommage de ne pas en profiter.

Mais comment faire lorsque l’on est expatrié ? Nous vous simplifions les choses pour bien comprendre : les banques qualifient les emprunteurs en fonction de leurs niveaux de risque. Si la banque accepte de vous prêter, plus vous représentez un risque pour la banque, plus le taux sera élevé. Et de façon plus ou moins logique, deux paramètres sont utilisés par les banques pour calculer ce risque :

  • votre situation professionnelle (employeur, type de contrat)
  • votre situation personnelle (apport personnel, épargne disponible, etc..)

Chaque banque à sa méthode pour calculer le taux qu’elle vous appliquera, mais sachez que plus une banque vous connaît, plus le taux qu’elle vous proposera pourra être intéressant. En étant expatrié, vous avez donc tout intérêt à emprunter dans la banque que vous avez conservé en France.

Entre la possibilité, le montant et le taux, se lancer dans un projet immobilier en empruntant, nécessite donc un travail préalable qu’il est important de réaliser, surtout lorsque l’on est expatrié. Mais une chose est sur : le moment est idéal pour emprunter.