Prêt immobilier pour expatrié : mettez toutes les chances de votre côté

Partager l’article

Vous cherchez un prêt immobilier pour expatrié pour pouvoir investir en France ? Il va vous falloir convaincre une banque de vous suivre dans votre projet. Avec des taux d’intérêts aussi bas qu’aujourd’hui, vous auriez tort de vous en priver. Seul bémol, il est parfois plus difficile pour un expatrié d’obtenir un prêt, mais pas impossible. Avec l’aide de My expat, découvrez comment mettre toutes les chances de votre côté.

Soignez votre situation personnelle

Avant même de regarder vos revenus ou l’apport que vous êtes en mesure de constituer, la banque va en premier lieu s’intéresser à votre situation professionnelle à l’étranger. Le statut le plus avantageux pour obtenir un prêt immobilier pour expatrié ? Avoir un contrat français et être détaché à l’étranger. Dans ce cas là, la banque vous suivra les yeux fermés. Si vous êtes en contrat local, tout dépend de l’entreprise pour laquelle vous travaillez. Un grand groupe ou une multinationale ? Aucun problème. C’est une garantie suffisante pour la banque. Si vous travaillez pour une PME moins connue, vous devrez par contre avancer d’autres arguments pour convaincre votre banquier. Et si vous êtes en CDD ou en période d’essai, attendez de signer un CDI avant d’aller voir ce dernier. 

Un niveau d’études élevé vous permettra notamment de négocier des taux d’intérêts plus intéressants. Et bien sûr, une bonne relation commerciale avec votre banque ainsi que d’autres produits financiers dans celle-ci augmenteront aussi vos chances.

Une fois votre financement validé, vous devez veiller à préserver votre situation professionnelle. Si vous décrochez un nouveau poste en CDI, la banque ne traitera votre demande de prêt qu’une fois votre période d’essai validée, ce qui rallongera la durée de votre projet. Si vous passez d’un CDI à un CDD ou à un statut d’indépendant, la banque n’acceptera plus de vous financer.

Évaluez votre situation financière

Pour évaluer votre capacité à emprunter, une banque va s’intéresser de près à l’état de vos finances. Le salaire que vous percevez est bien sûr important mais aussi les charges auxquelles vous êtes soumis. Plus votre ratio charges / rémunération nette est bas, plus vous obtiendrez facilement une somme élevée. Si au contraire celui-ci dépasse les 33%, il vous sera très difficile de convaincre un banquier, même pour une petite somme. Votre situation familiale peut aussi entrer en ligne de compte, notamment le nombre d’enfants et le niveau de revenu de votre conjoint(e).

Si vous n’avez ni loyer, ni remboursement d’emprunt, ni pension à payer, il y a de fortes chances que votre ratio soit très bas et que vous puissiez emprunter une somme importante sans difficulté.

Votre banque refuse ? Passez au plan B

Si comme pour beaucoup d’expatriés, votre situation personnelle ou financière ne rentre pas dans les cases et n’offre pas assez de garanties aux yeux des banques, il vous est toujours possible de trouver un autre financement.

My expat, spécialiste de l’investissement immobilier en France pour les expatriés, vous met en relation avec des courtiers. C’est d’ailleurs souvent le cas pour les expatriés aux États-Unis qui voient les banques françaises leur fermer la porte au nez à cause du FATCA. Ces derniers peuvent finalement trouver un financement à travers My expat grâce à notre réseau de courtiers et réaliser un investissement locatif sûr et rentable.

 

➔ My expat organise votre projet immobilier à distance sans que vous n’ayez jamais à rentrer en France. Nous ne proposons pas de service de courtage. Pour organiser votre financement, nous travaillons avec des banques et courtiers qui accompagnent les expatriés.