Dans quoi investir en France en 2019 ?

Partager l’article

Face à l’incertitude de la bourse et à la baisse des rendements des contrats d’assurance-vie et des livrets d’épargne, l’immobilier locatif fait plus que jamais figure d’investissement de choix pour 2019. Découvrez pourquoi.

Le livret A : il touche un plus bas historique

Le « placement préféré des Français », selon la formule consacrée, est à la peine. Ses bénéficiaires ne vont pas pouvoir compter sur lui pour s’enrichir dans les années à venir. En effet, le gouvernement a pris la décision cet automne de maintenir son taux de rémunération à 0,75% jusqu’en 2020. C’est à dire le maintenir à un niveau nettement inférieur à celui de l’inflation. Celle ci était de 2,1% cette année, et atteindra 1,7% en 2019. C’est donc une bien mauvaise nouvelle pour les 56 millions de titulaires du Livret A en 2018.

La tendance est identique pour ce qui est du Livret de développement durable et le Plan Epargne Logement (PEL) : leurs taux d’intérêts ont baissé ces deux dernières années. Le taux de rémunération du PEL est passé de 2,5% de 2003 à 2015 à 1% depuis le 1er août 2016. Les taux d’intérêts devraient rester sous le niveau de l’inflation. De plus, il y a eu du changement depuis le 1er janvier 2018 : tout nouveau plan d’épargne logement sera taxé à hauteur de 30%. Le taux de 0,5% sur ce type d’épargne, a ainsi chuté à 0,35% en taux net.

L’assurance-vie : ses rendements sont en chute libre

L’assurance-vie, c’est le placement préféré des Français. Vous avez une impression de déjà lu ? C’est normal, assurances-vie et livret A se partagent cet honneur. C’est un produit financier considéré comme très sûr et d’ordinaire assez rentable. Toutefois, l’attractivité des contrats d’assurance-vie a connu des difficultés car ils ont subi, eux aussi, la baisse générale des taux d’intérêt.

Toutefois, cette tendance pourrait s’inverser pour 2019. Le taux d’intérêt des assurances vie pourrait passer de 1,4% en 2018 à 1,5% en 2019.

La Bourse : même en bon père de famille… c’est risqué

Chaque fin d’année, la presse spécialisée interroge les experts des marchés financiers pour s’enquérir des actions porteuses l’année suivante. Un an plus tard, on constate que leurs prévisions se sont avérées assez justes. Enfin… pour la plupart, car il y a toujours de mauvaises surprises. C’est un fait, jouer en bourse peut rapporter gros ou faire perdre gros. Nombreux sont ceux qui s’attendaient à de grandes incertitudes financières pour 2018, notamment un risque de récession, la flambée des marchés boursiers suite à une hausse des taux d’intérêts ou encore la correction de la capitalisation des géants de la technologie. Pour l’année 2019, la banque d’investissement Goldman Sachs prévoit un bond modeste des marchés financiers. La banque d’investissement voit une hausse de 12% des actions émergentes, grâce à une amélioration économique mondiale, et une dépréciation faible du dollar américain.

Et l’immobilier dans tout ça ?

Stimulé par des taux d’intérêt de l’emprunt immobilier très bas, le marché a été très dynamique en 2018. D’ailleurs, selon une étude menée par l’Ifop et le Cafpi en mars 2018, 34% des Français entre 25 et 65 ans souhaite acquérir un bien immobilier dans les 5 prochaines années. Les analystes du marché immobilier entrevoient une poursuite de la légère remontée des taux, mais ceux-ci devraient rester encore très avantageux. Selon le Crédit Agricole, les taux pourraient atteindre 1,55% en décembre 2019.