Analyse du marché immobilier français à mi-année 2019

Partager l’article sur les réseaux sociaux :

Avec une baisse record des taux de crédits immobiliers, une forte demande locative, et des prix en hausse, le marché immobilier français reste très dynamique en 2019. De plus, le large panel d’offres dans des villes attractives attire toujours plus d’investisseurs et de locataires. Pour ce premier semestre de l’année 2019, My expat vous dévoile son analyse du marché immobilier français.

Comment se porte l’immobilier dans l’ancien en 2019 ?

En 2018, un peu moins d’un million de transactions immobilières ont été réalisées dans l’immobilier ancien en France, ce qui représente une hausse de 7% en un an. Depuis le début d’année 2019, la tendance est plutôt à la baisse : selon MeilleursAgents.com, on constate un certain ralentissement des transactions immobilières. Sur 11 000 agences immobilières, 51,7% des agents interrogés indiquent que leur stock de mandats a baissé depuis le début de l’année 2019. Cette année ne devrait donc pas atteindre le même taux record de transactions que l’année passée (on estime plutôt un volume de transactions situé entre 850 000 et 900 000).

Selon Notaires de France, les prix des logements anciens continuent d’augmenter dans toute la France, suivant la courbe d’augmentation de 3 % par an. Paris devrait, durant l’été 2019, passer le cap des 10 000 €/m2. Avec un prix moyen actuel de 9 679 €/m2 pour un appartement en juin 2019, on constate en effet une progression de 6% en un an et de 0,7% sur le premier trimestre 2019.

En province, dans les plus grandes villes, les prix des appartements dans l’ancien devraient continuer de progresser entre 5 % et 10 % sur un an, à Bordeaux et Lyon par exemple.

Concernant l’immobilier neuf, les prix ont plutôt tendance à reculer. Sur le premier trimestre 2019, les prix dans le neuf ont baissé d’1,7%, contre 0,3% sur la même période l’année précédente. De juin 2018 à juin 2019, les prix des logements neufs auraient donc augmenté de 1,9 % seulement, contre 2,8% entre juin 2017 et juin 2018, selon le baromètre LPI-SeLoger.

Vous pourriez aussi lire : Tout savoir sur l’effet de levier

Quelle est la tendance des taux de crédits immobiliers en 2019 ?

Si les taux de crédits immobiliers moyens étaient plutôt stables depuis 2017, ils ont connu une baisse progressive depuis la fin de l’année 2018. En effet, les taux pour un prêt sur 15 ans sont descendus de 1.41% en juin 2018 à 1,26% en juin 2019 (1,47% sur 20 ans et 1,65% sur 25 ans).

Les taux sont donc actuellement très avantageux, avec une baisse record : ils n’ont pas été aussi bas depuis novembre 2016.

Précisons aussi que la durée moyenne des prêts souscrits augmente quelque peu en 2019, passant de 224 mois en mai 2018 à 228 mois en mai 2019. En juin 2019, plus de 40% des emprunteurs opteraient pour un emprunt sur une durée de 25 ans, selon Meilleurtaux.com.

Selon la Banque de France, le taux d’intérêt moyen des crédits nouveaux à l’habitat à long terme et à taux fixe diminue par rapport à l’année précédente, s’élevant à 1,49 % en avril 2019. Quant à la production de crédits à l’habitat, elle a grandement augmenté (18,4 milliards d’euros en mars 2019, après 16,2 milliards en mars 2018). A contrario, la part des renégociations a diminué d’une année à l’autre (17,5% en mars 2019, après 19,3 % en mars 2018).

Quelles sont les villes qui attirent le plus les investisseurs ?

En 2019, les villes telles que Paris, Bordeaux ou Lyon sont toujours de très bons viviers d’investissements. Les offres y sont larges et variées, les rendements attractifs et la demande locative toujours très forte.

Bordeaux, l’une des grandes révélations de 2018, est aujourd’hui encore l’une des villes les plus plébiscitées par les investisseurs. Avec un dynamisme économique, un cadre de vie agréable, des atouts touristiques, une proximité avec la capitale, et un rendement locatif important, Bordeaux attire toujours en 2019 un grand nombre d’investisseurs. Actuellement, on constate une certaine décélération des prix. En effet, selon le baromètre LPI-SeLoger, si les prix de l’immobilier bordelais sont toujours à la hausse, cette augmentation serait quatre fois moins soutenue qu’en 2018, avec 3,8% d’augmentation de 2018 à 2019, contre 13,6% de 2017 à 2018.

La hausse des prix dans l’immobilier bordelais en 2018 avait d’ailleurs motivé de nombreux investisseurs à se diriger vers Mérignac. Contre toute attente, en 2019, les communes limitrophes de Bordeaux connaissent une baisse des prix de l’immobilier, avec -0,7% à Mérignac, et -3,7% à Pessac en l’espace d’un an.

Quelles sont les villes qui attirent le plus les locataires ?

Parmi les villes qui attirent le plus les locataires en 2019, il faut bien sûr citer Paris, dont l’attractivité ne cesse de croître. La capitale attire toujours plus de locataires et notamment d’étudiants. Comme en 2018, Bordeaux est, cette année encore, l’une des premières villes en matière d’attractivité locative et l’une des préférées des Français. La demande y est d’ailleurs largement supérieure à l’offre. Avec une démographie qui devrait atteindre le million d’habitants en 2030, la ville garantit aux investisseurs une très forte demande locative. Enfin, on peut citer Lyon, ville attractive la plus appréciée par les étudiants.

Il est donc toujours très intéressant d’investir dans l’immobilier en 2019. Les conditions sont favorables au financement de l’achat d’un bien et de nombreuses villes dans toute la France sont très propices à l’investissement locatif.