Analyse du marché immobilier français à mi-année 2018

Partager l’article sur les réseaux sociaux :

Avec un volume de ventes important, des taux de crédit toujours bas, et une forte demande locative, le marché immobilier français reste très dynamique en 2018. De plus, le large panel d’offres dans des villes attractives attire toujours plus d’investisseurs et de locataires. Pour ce quatrième trimestre de l’année 2018, My expat vous propose de faire le point sur l’état du marché immobilier français au cours de ces derniers mois.

Comment se porte l’immobilier dans l’ancien en 2018 ?

En 2018, un peu moins d’un million de transactions immobilières ont été réalisées dans l’immobilier ancien en France, ce qui représente une hausse de 7% en un an. Selon l’Insee, les prix des logements anciens sont en constante augmentation dans toute la France (+3,2 % par rapport au premier trimestre 2017). La tendance est en général à la hausse dans tout le pays pour ce type de biens. Cependant, dans la région Ile-de-France, les prix augmentent de 4,7%, tandis qu’en Province, la hausse atteint plutôt les 2,6% en l’espace d’une année. Les villes de Bordeaux (+18%), Lyon et Annecy (+10%), sont les plus touchées par la hausse des prix des appartements dans l’ancien.

Concernant les prix des biens de tous types, on constatait, en juillet 2018, une évolution de 1,2% à l’échelle nationale par rapport à 2017.

Quelle est la tendance des taux de crédits immobiliers en 2018 ?

Depuis 2017, les taux de crédits immobiliers moyens sont dans l’ensemble plutôt stables. Les taux pour un prêt sur 15 ans sont descendus de 1,54% en août 2017 à 1.40% en août 2018 (1,60% sur 20 ans et 1,83% sur 25 ans). Les taux ont donc connu une légère baisse, mais ils restent très favorables.

Cependant, si les taux sont bas et plutôt stables, il faut préciser que les durées de remboursement des prêts sont plus longues (on passe de 224 mois en mai 2018 contre 219 mois en novembre 2017).

Selon la Banque de France, le taux d’intérêt moyen des crédits à l’habitat à long terme et à taux fixe reste bas, s’élevant à 1,53 % en août 2018. Quant à la production de crédits à l’habitat, elle est quasi stable (16,3 milliards d’euros en juillet 2018, après 16,2 milliards en mars 2018), tout comme la part des renégociations (19,4 % en juillet, après 19,3 % en mars).

Quelles sont les villes qui attirent le plus les investisseurs ?

En 2018, les villes telles que Toulouse, Lyon, Nantes, Lille, Nice, Montpellier et Rennes sont toujours de très bons viviers d’investissements. Les offres y sont larges et variées, les rendements attractifs et la demande locative toujours très forte.

Bordeaux est aussi l’une des grandes révélations 2018. La ville est aujourd’hui l’une des plus plébiscitées par les investisseurs. Avec un dynamisme économique, un cadre de vie agréable, des atouts touristiques, une proximité avec la capitale, et un rendement locatif important, Bordeaux attire en 2018 un grand nombre d’investisseurs, malgré des prix en forte augmentation de 13,6 % en l’espace d’un an.

La hausse des prix dans l’immobilier bordelais a d’ailleurs motivé de nombreux investisseurs à se diriger vers Mérignac. Bénéficiant des mêmes atouts que sa voisine girondine, la ville a aussi séduit les investisseurs grâce à ses prix, plus accessibles.

La ville d’Angers attire également de nombreux acheteurs grâce à son cadre de vie agréable. En conséquence, les prix ont augmenté, même s’ils restent plutôt raisonnables (une hausse de 12% en un an, avec un prix à 2 324€/m2). Cannes a, elle aussi, été révélé en 2018 comme étant une ville très appréciée pour l’investissement locatif notamment. Enfin, Poitiers a séduit de nombreux investisseurs par sa rentabilité locative. 

Quelles sont les villes qui attirent le plus les locataires ?

Parmi les villes qui attirent le plus les locataires en 2018, il faut bien sûr citer Paris, dont l’attractivité ne cesse de croître. La capitale attire toujours plus de locataires et notamment d’étudiants. Bordeaux est l’une des premières villes en matière d’attractivité locative et l’une des préférées des Français. La demande y est d’ailleurs largement supérieure à l’offre. Avec une démographie qui devrait atteindre le million d’habitants en 2030, la ville garantit aux investisseurs une très forte demande locative.

À Rennes, l’environnement locatif reste favorable, tout comme à Nice (qui accueille 4 millions de touristes chaque année, et dont la population étudiante a augmenté de 15% en 10 ans).

Enfin, on peut citer Clermont-Ferrand, où 65% de la population est locataire, ainsi que Lyon (ville la plus appréciée par les étudiants), Montpellier (une autre grande ville étudiante) et Toulouse (la quatrième ville de France sur le plan démographique).

Il est donc toujours très intéressant d’investir dans l’immobilier en 2018. Les conditions sont favorables au financement de l’achat d’un bien et de nombreuses villes sont très propices à l’investissement locatif.